Guerre de Cent Ans

annexes

personnages

les références


Guerre de Cent Ans
©Radu Oltrean

1337 - 1360

Guerre de Cent Ans



La guerre de Cent Ans est une série de conflits armés entre les royaumes d' Angleterre et de France à la fin du Moyen Âge.Il est né de revendications contestées sur le trône de France entre la maison anglaise des Plantagenêt et la maison royale française des Valois.Au fil du temps, la guerre s'est transformée en une lutte de pouvoir plus large impliquant des factions de toute l'Europe occidentale, alimentée par le nationalisme émergent des deux côtés.La guerre de Cent Ans est l'un des conflits les plus importants du Moyen Âge.Pendant 116 ans, interrompus par plusieurs trêves, cinq générations de rois de deux dynasties rivales se sont battues pour le trône du royaume dominant en Europe occidentale.L'effet de la guerre sur l'histoire européenne a été durable.Les deux camps ont produit des innovations dans la technologie et les tactiques militaires, y compris des armées permanentes professionnelles et de l'artillerie, qui ont changé de façon permanente la guerre en Europe ;la chevalerie, qui avait atteint son apogée pendant le conflit, déclina par la suite.Des identités nationales plus fortes ont pris racine dans les deux pays, qui sont devenus plus centralisés et sont progressivement devenus des puissances mondiales.Le terme «guerre de Cent Ans» a été adopté par les historiens ultérieurs comme une périodisation historiographique pour englober les conflits connexes, construisant le plus long conflit militaire de l'histoire européenne.La guerre est généralement divisée en trois phases séparées par des trêves : la guerre édouardienne (1337-1360), la guerre de Caroline (1369-1389) et la guerre de Lancastre (1415-1453).Chaque camp a attiré de nombreux alliés dans le conflit, les forces anglaises l'emportant initialement.La maison de Valois a finalement conservé le contrôle du royaume de France, les monarchies française et anglaise auparavant entrelacées restant par la suite séparées.
HistoryMaps Shop

Visitez la boutique

1337 Jan 1

Prologue

Aquitaine, France
Edward avait hérité du duché d'Aquitaine et, en tant que duc d'Aquitaine, il était un vassal de Philippe VI de France.Edward a d'abord accepté la succession de Philip, mais la relation entre les deux rois s'est détériorée lorsque Philip s'est allié à l'ennemi d'Edward, le roi David II d'Écosse.Edouard à son tour offrit refuge à Robert III d'Artois, un fugitif français.Quand Edward a refusé d'obéir aux demandes de Philip pour l'expulsion de Robert d'Angleterre, Philip a confisqué le duché d'Aquitaine.Cette guerre précipitée, et bientôt, en 1340, Edouard se déclare roi de France.Édouard III et son fils Édouard le Prince Noir ont mené leurs armées dans une campagne largement réussie à travers la France.
1337 - 1360
Phase édouardienneornament
La guerre de Cent Ans commence
Les archers levés d'York en route pour rejoindre l'armée principale pour la campagne de France. ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1337 Apr 30

La guerre de Cent Ans commence

France
Philippe VI avait rassemblé une grande flotte navale au large de Marseille dans le cadre d'un plan ambitieux de croisade en Terre Sainte.Cependant, le plan fut abandonné et la flotte, comprenant des éléments de la marine écossaise, se déplaça vers la Manche au large de la Normandie en 1336, menaçant l'Angleterre.Pour faire face à cette crise, Edouard propose que les Anglais lèvent deux armées, l'une pour faire face aux Ecossais "au moment opportun", l'autre pour se rendre immédiatement en Gascogne.Dans le même temps, des ambassadeurs devaient être envoyés en France avec un projet de traité pour le roi de France.Fin avril 1337, Philippe de France est invité à rencontrer la délégation d'Angleterre mais refuse.L'arrière-ban, littéralement appel aux armes, est proclamé dans toute la France à partir du 30 avril 1337. Puis, en mai 1337, Philippe réunit son Grand Conseil à Paris.Il a été convenu que le duché d'Aquitaine, en fait la Gascogne, devrait être repris entre les mains du roi au motif qu'Edouard III avait manqué à ses obligations de vassal et avait abrité «l'ennemi mortel» du roi, Robert d'Artois.Edward a répondu à la confiscation de l'Aquitaine en contestant le droit de Philippe au trône de France.
Bataille de Cadzand
©Osprey Publishing
1337 Nov 9

Bataille de Cadzand

Cadzand, Netherlands
Pour Edward, la guerre n'avait pas progressé aussi bien qu'on l'avait espéré au début de l'année car les hésitations des alliés aux Pays-Bas et en Allemagne avaient empêché une invasion de la France de progresser comme prévu et des revers sur le théâtre gascon avaient empêché toute avancée. là non plus.La flotte d'Edward n'était pas préparée pour la traversée avec le corps principal de son armée et ses finances étaient dans un état précaire car il avait été contraint de payer d'importantes allocations aux forces européennes.Ainsi, il exigeait un symbole de ses intentions contre les Français et une démonstration de ce que ses forces pouvaient accomplir.A cette fin, il ordonna à Sir Walter Manny, chef de son avant-garde déjà stationnée dans le Hainaut, de prendre une petite flotte et d'attaquer l'île de Cadzand.La bataille de Cadzand était une des premières escarmouches de la guerre de Cent Ans en 1337. Il s'agissait d'un raid sur l'île flamande de Cadzand, conçu pour provoquer une réaction et une bataille de la garnison locale et ainsi améliorer le moral en Angleterre et parmi le roi alliés continentaux d'Edouard III en offrant à son armée une victoire facile.Le 9 novembre, Sir Walter Manny, avec les troupes avancées pour l'invasion continentale d'Edouard III, tenta de prendre la ville de Sluys, mais fut chassé.
Campagnes navales de 1338-1339
Campagnes navales de 1338-1339 ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1338 Mar 24 - 1339 Oct

Campagnes navales de 1338-1339

Guernsey
Début février, le roi Philippe VI a nommé un nouvel amiral de France, un certain Nicolas Béhuchet, qui avait auparavant servi comme fonctionnaire du Trésor et était maintenant chargé de mener une guerre économique contre l'Angleterre.Le 24 mars 1338, il commença sa campagne, menant une grande flotte de petits navires côtiers à travers la Manche depuis Calais et dans le Solent où ils débarquèrent et brûlèrent la ville portuaire d'une importance vitale de Portsmouth.La ville était sans murs et sans défense et les Français n'étaient pas suspectés alors qu'ils naviguaient vers la ville avec des drapeaux anglais flottant.Le résultat a été un désastre pour Edward, car les navires et les fournitures de la ville ont été pillés, les maisons, les magasins et les quais ont été incendiés, et ceux de la population incapable de fuir ont été tués ou emmenés comme esclaves.Aucun navire anglais n'était disponible pour contester leur passage de Portsmouth et aucune des milices destinées à se former dans un tel cas n'a fait son apparition.La campagne en mer reprend en septembre 1338, lorsqu'une importante flotte française et italienne descend à nouveau sur les îles anglo-normandes sous Robert VIII Bertrand de Bricquebec, maréchal de France.L'île de Sark, qui avait subi un grave raid l'année précédente, tomba sans combat et Guernesey fut capturée après une brève campagne.L'île était en grande partie sans défense, car la plupart de la garnison des îles anglo-normandes était à Jersey pour empêcher un autre raid là-bas, et les quelques-uns qui ont été envoyés à Guernesey et à Sark ont ​​été capturés en mer.Sur Guernesey, les forts de Castle Cornet et de Vale Castle étaient les seuls points à tenir.Aucun des deux forts n'a duré très longtemps car les deux étaient sous-équipés et non approvisionnés.Les garnisons sont mises à mort.Une brève bataille navale a eu lieu entre les insulaires anglo-normands dans des navires côtiers et de pêche et des galères italiennes, mais malgré le coulage de deux des navires italiens, les insulaires ont été vaincus avec de lourdes pertes.La cible suivante de Béhuchet et de son lieutenant Hugh Quiéret était les lignes de ravitaillement entre l'Angleterre et la Flandre, et ils rassemblèrent 48 grandes galères à Harfleur et Dieppe.Cette flotte attaqua alors une escadre anglaise à Walcheren le 23 septembre.Les navires anglais déchargeaient des cargaisons et ont été surpris et submergés après des combats acharnés, entraînant la capture de cinq grands et puissants rouages ​​​​anglais, dont les navires amiral d'Edouard III, le Cog Edward et le Christopher.Les équipages capturés ont été exécutés et les navires ajoutés à la flotte française.Quelques jours plus tard, le 5 octobre, cette force a mené son raid le plus dommageable de tous, débarquant plusieurs milliers de marins français, normands, italiens et castillans près du grand port de Southampton et l'assaillant depuis la terre et la mer.Les murs de la ville étaient vieux et en ruine et les ordres directs de les réparer avaient été ignorés.La plupart des miliciens et des citoyens de la ville ont fui dans la panique vers la campagne, seule la garnison du château ayant résisté jusqu'à ce qu'une force d'Italiens franchisse les défenses et que la ville tombe.Les scènes de Portsmouth se sont répétées alors que toute la ville était rasée, des milliers de livres de marchandises et de navires ramenés en France et des captifs massacrés ou pris comme esclaves.Un hiver précoce a forcé une pause dans la guerre de la Manche, et 1339 a vu une situation très différente, car les villes anglaises avaient pris l'initiative au cours de l'hiver et préparé des milices organisées pour chasser les pillards plus intéressés par le pillage que par les batailles arrêtées.Une flotte anglaise avait également été constituée au cours de l'hiver et cela a été utilisé dans un effort pour se venger des Français en attaquant la navigation côtière.Morley emmena sa flotte sur les côtes françaises, incendiant les villes d'Ault et du Tréport et fouillant à l'intérieur des terres, ravageant plusieurs villages et provoquant une panique à l'image de celle de Southampton l'année précédente.Il a également surpris et détruit une flotte française dans le port de Boulogne.Les marchands anglais et flamands ont rapidement équipé des navires de raid et bientôt les villages côtiers et la navigation le long des côtes nord et même ouest de la France ont été attaqués.La marine flamande était également active, envoyant sa flotte contre l'important port de Dieppe en septembre et l'incendiant.Ces succès ont beaucoup contribué à reconstruire le moral en Angleterre et aux Pays-Bas ainsi qu'à réparer le commerce battu de l'Angleterre.Cela n'avait cependant rien à voir avec l'impact financier des raids français antérieurs car l'économie continentale française pouvait survivre aux déprédations de la mer bien mieux que l'anglais maritime.
Siège de Cambrai
Siège de Cambrai ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1339 Sep 26

Siège de Cambrai

Cambrai, France
En 1339, Cambrai devient le centre d'une lutte entre les partisans de Louis IV, empereur romain germanique, et de Guillaume II, comte de Hainaut, d'une part, et ceux du roi Philippe VI de France, d'autre part.Entre-temps, Edouard III quitta la Flandre en août 1339, où il était sur le continent depuis juillet 1338. Edouard avait affirmé ses droits au trône de France, défiant ouvertement l'autorité de Philippe VI.Voulant satisfaire ses alliés bavarois, il décide de s'emparer de Cambrai.Edward a demandé à l'évêque de Cambrai, Guillaume d'Auxonne, un vassal du Saint Empire romain germanique, de le laisser entrer, mais l'évêque avait également des instructions de Philippe VI l'informant de tenir pendant quelques jours jusqu'à ce qu'il arrive avec une armée française. .Guillaume proclame son allégeance à la France et se prépare à résister à un siège.La défense de Cambrai était assurée par le gouverneur Étienne de la Baume, grand maître des arbalétriers de France.La garnison française disposait d'une artillerie composée de 10 canons, cinq en fer et cinq en autres métaux.C'est l'un des premiers exemples d'utilisation de canons dans la guerre de siège.Edward a lancé plusieurs attaques à partir du 26 septembre, Cambrai résistant à chaque assaut pendant cinq semaines.Quand Edward apprit le 6 octobre que Philippe approchait avec une grande armée, il abandonna le siège le 8 octobre.
Bataille de Sluys
Une miniature de la bataille des Chroniques de Jean Froissart, XVe siècle ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1340 Jun 24

Bataille de Sluys

Sluis, Netherlands
Le 22 juin 1340, Edward et sa flotte quittèrent l'Angleterre et le lendemain arrivèrent au large de l'estuaire du Zwin.La flotte française a pris une formation défensive au large du port de Sluis.La flotte anglaise a trompé les Français en leur faisant croire qu'ils se retiraient.Lorsque le vent a tourné en fin d'après-midi, les Anglais ont attaqué avec le vent et le soleil derrière eux.La flotte anglaise de 120 à 150 navires était dirigée par Édouard III d'Angleterre et la flotte française de 230 hommes par le chevalier breton Hugues Quiéret, amiral de France, et Nicolas Béhuchet, connétable de France.Les Anglais ont pu manœuvrer contre les Français et les vaincre en détail, capturant la plupart de leurs navires.Les Français ont perdu 16 000 à 20 000 hommes.La bataille a donné à la flotte anglaise la suprématie navale dans la Manche.Cependant, ils n'ont pas pu en tirer un avantage stratégique et leur succès a à peine interrompu les raids français sur les territoires anglais et la navigation.
Siège de Tournai
Miniature du siège de la Chronique de Saint Albans de Thomas Walsingham. ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1340 Jul 23 - Sep 25

Siège de Tournai

Tournai, Belgium
La victoire navale écrasante d'Edward à la bataille de Sluys lui a permis de débarquer son armée et de mener sa campagne dans le nord de la France.Lorsqu'Edward débarqua, il fut rejoint par Jacob van Artevelde, le dirigeant semi-dictatorial des Flandres qui avait pris le contrôle du comté lors d'une insurrection.En 1340, le coût de la guerre avait déjà épuisé les trésoreries anglaises et Edward arriva en Flandre sans le sou.Edward avait tenté de payer sa campagne par le biais d'une importante taxe sur les céréales et la laine, cependant, cette taxe n'a rapporté que 15 000 £ sur les 100 000 £ prévues.Peu de temps après l'atterrissage, Edward a divisé son armée.10 000 à 15 000 Flamands et 1 000 archers anglais lanceraient une chevauchée sous le commandement de Robert III d'Artois et le reste des forces de la coalition sous Edward continuerait à assiéger Tournai.Edward et ses forces atteignirent Tournai le 23 juillet.Outre les habitants, il y avait aussi une garnison française à l'intérieur.Le siège s'éternisait et Philip se rapprochait avec une armée, tandis qu'Edward manquait d'argent.Au même moment, Tournai manquait de nourriture.La belle-mère d'Edouard, Jeanne de Valois, lui rend alors visite dans sa tente le 22 septembre et demande la paix.Elle avait déjà fait le même plaidoyer devant Philip, qui était son frère.Une trêve (dite Trêve d'Espléchin) peut alors être conclue sans que personne ne perde la face et Tournai est soulagé.
Bataille de Saint-Omer
Bataille de Saint-Omer ©Graham Turner
1340 Jul 26

Bataille de Saint-Omer

Saint-Omer, France
La campagne d'été du roi Edouard III (initiée au lendemain de la bataille de Sluys) contre la France lancée depuis les Flandres avait mal commencé.À Saint-Omer, dans une tournure inattendue des événements, les hommes d'armes français largement en infériorité numérique, chargés de défendre la ville et d'attendre des renforts, ont vaincu à eux seuls les forces anglo-flamandes.Les Alliés ont subi de lourdes pertes et les Français ont capturé leur camp intact, emportant de nombreux chevaux de guerre et charrettes, toutes les tentes, d'énormes quantités de magasins et la plupart des étendards flamands.
Guerre de Succession de Bretagne
©Angus McBride
1341 Jan 1 - 1365 Apr 12

Guerre de Succession de Bretagne

Brittany, France
L'Angleterre a dominé la Manche pour le reste de la guerre, empêchant les invasions françaises.À ce stade, les fonds d'Edouard s'épuisèrent et la guerre aurait probablement pris fin sans la mort du duc de Bretagne en 1341 précipitant un conflit de succession entre le demi-frère du duc Jean de Montfort et Charles de Blois, neveu de Philippe VI. .En 1341, le conflit sur la succession au duché de Bretagne a commencé la guerre de Succession de Bretagne , dans laquelle Edward a soutenu Jean de Montfort (héritier mâle) et Philip a soutenu Charles de Blois (héritier femelle).L'action des prochaines années s'articule autour d'un va-et-vient en Bretagne.La ville de Vannes en Bretagne a changé plusieurs fois de mains, tandis que d'autres campagnes en Gascogne ont rencontré un succès mitigé pour les deux parties.Montfort, soutenu par les Anglais, réussit finalement à prendre le duché, mais pas avant 1364. La guerre faisait partie intégrante du début de la guerre de Cent Ans en raison de l'implication par procuration des gouvernements français et anglais dans le conflit.
Bataille de Champtoceaux
©Graham Turner
1341 Oct 14 - Oct 16

Bataille de Champtoceaux

Champtoceaux, France
La bataille de Champtoceaux, souvent appelée la bataille de l'Humeau, a été l'action d'ouverture de la guerre de Succession de Bretagne qui a duré 23 ans.Fin septembre 1341, Charles de Blois avait 5 000 soldats français, 2 000 mercenaires génois et un nombre inconnu mais important de soldats bretons dans son armée.Charles assiégea le château fort qui gardait la vallée de la Loire à Champtoceaux.Jean de Montfort ne put que rassembler une poignée d'hommes nantais pour unir ses forces afin de soulager le siège.Finalement, John a concédé sa défaite à Champtoceaux et a roulé aussi vite qu'il le pouvait pour Nantes.Une série de sorties des Montfortistes a suivi dans les jours à venir;l'armée française a répondu et a commencé ses assauts sur les forts périphériques détenus par les forces de John.John a été contraint de se rendre par le conseil municipal furieux le 2 novembre et il a été emprisonné au Louvre à Paris.
Victoire de Vannes
Victoire de Vannes ©Graham Turner
1342 Jan 1 - 1343 Jan

Victoire de Vannes

Vannes, France
Les sièges de Vannes de 1342 étaient une série de quatre sièges de la ville de Vannes qui se sont déroulés tout au long de 1342. Deux prétendants rivaux au duché de Bretagne, Jean de Montfort et Charles de Blois, se sont disputés Vannes tout au long de cette guerre civile de 1341 à 1365. Les sièges successifs ruinent Vannes et sa campagne environnante.Vannes est finalement vendue dans une trêve entre l'Angleterre et la France , signée en janvier 1343 à Malestroit.Sauvée par un appel du pape Clément VI, Vannes est restée entre les mains de ses propres dirigeants, mais a finalement résidé sous contrôle anglais de septembre 1343 jusqu'à la fin de la guerre en 1365.
Bataille de Brest
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1342 Aug 18

Bataille de Brest

Brest, France
Les navires pour transporter l'armée anglaise s'étaient finalement rassemblés à Portsmouth début août et le comte de Northampton a quitté le port avec seulement 1350 hommes dans 260 petits transports côtiers, certains enrôlés d'aussi loin que Yarmouth pour ce devoir.Trois jours seulement après avoir quitté Portsmouth, la force de Northampton est arrivée au large de Brest.La flotte anglaise se referme sur les Génois à l'entrée de la rivière Penfeld où ils sont ancrés en ligne verticale.Les Génois ont paniqué, trois des quatorze galères ont fui la foule d'adversaires minuscules qui luttaient pour monter à bord des plus gros navires génois et ont atteint la sécurité de l'estuaire de l'Elorn d'où ils pouvaient s'échapper en pleine mer.Les onze restants ont été encerclés et conduits à terre en combattant leurs adversaires, où les équipages les ont abandonnés aux pensionnaires et les ont tirés en partant, détruisant d'un coup la suprématie navale française dans les eaux bretonnes.Estimant que les navires transportaient une prodigieuse force anglaise de guerriers entraînés, Charles brisa le siège et se dirigea vers la Bretagne du Nord avec les Génois restants tandis qu'une partie substantielle de son armée composée d'infanterie mercenaire castillane et génoise se retira à Bourgneuf et ramena leurs navires à Espagne.
Bataille de Morlaix
©Angus McBride
1342 Sep 30

Bataille de Morlaix

Morlaix, France
De Brest, Northampton s'est déplacé vers l'intérieur des terres et il a finalement atteint Morlaix, l'un des fiefs de Charles de Blois.Son attaque initiale sur la ville a échoué et après avoir été repoussée avec de légères pertes, il s'est installé dans un siège.Depuis que les forces de Charles de Blois avaient fui le siège de Brest, leur nombre avait augmenté, atteignant peut-être jusqu'à 15 000.Informé que la force de Northampton était considérablement plus petite que la sienne, Charles commença à avancer sur Morlaix dans l'intention de lever le siège de Northampton.La bataille était indécise.La force de De Blois soulagea évidemment Morlaix et les assiégeants anglais, maintenant piégés dans le bois, devinrent eux-mêmes l'objet d'un siège pendant plusieurs jours.
Truce of Malestroit
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1343 Jan 19

Truce of Malestroit

Malestroit, France
Fin octobre 1342, Edouard III arrive avec son armée principale à Brest et reprend Vannes.Il se déplace ensuite vers l'est pour assiéger Rennes.Une armée française marcha pour l'engager, mais une bataille majeure fut évitée lorsque deux cardinaux arrivèrent d'Avignon en janvier 1343 et imposèrent une trêve générale, la trêve de Malestroit.Même avec la trêve en place, la guerre se poursuivit en Bretagne jusqu'en mai 1345, date à laquelle Edward réussit finalement à prendre le contrôle.La raison officielle d'une si longue trêve était de laisser du temps pour une conférence de paix et la négociation d'une paix durable, mais les deux pays souffraient également de l'épuisement de la guerre.En Angleterre, la charge fiscale avait été lourde et, de plus, le commerce de la laine avait été fortement manipulé.Edward III passa les années suivantes à rembourser lentement son immense dette.En France, Philippe VI a ses propres difficultés financières.La France n'avait pas d'institution centrale habilitée à octroyer des impôts pour l'ensemble du pays.Au lieu de cela, la Couronne a dû négocier avec les diverses assemblées provinciales.Conformément aux anciennes coutumes féodales, la plupart d'entre eux ont refusé de payer des impôts alors qu'il y avait une trêve.Au lieu de cela, Philippe VI a dû recourir à la manipulation de la monnaie et il a introduit deux impôts très impopulaires, d'abord le «fouage», ou impôt sur le foyer, puis la «gabelle», une taxe sur le sel.Quand il y avait un traité ou une trêve en place, cela laissait de nombreux soldats au chômage, alors plutôt que de retourner à une vie de pauvreté, ils se regroupaient dans des compagnies libres ou des routiers.Les compagnies routières étaient composées d'hommes venus principalement de Gascogne mais aussi de Bretagne et d'autres régions de France, d'Espagne, d'Allemagne et d'Angleterre.Ils utilisaient leur formation militaire pour vivre de la campagne en volant, pillant, tuant ou torturant pendant qu'ils allaient s'approvisionner.Avec la trêve de Malestroit en vigueur, les bandes de routiers sont devenues un problème croissant.Ils étaient bien organisés et servaient parfois de mercenaires pour l'un ou les deux camps.Une tactique consisterait à s'emparer d'une ville ou d'un château d'importance stratégique locale.De cette base, ils pillaient les zones environnantes jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien de valeur, puis se déplaçaient vers des endroits plus mûrs.Souvent, ils rançonnaient les villes qui les payaient pour qu'elles s'en aillent.Le problème routier n'a pas été résolu jusqu'à ce qu'un système de taxation au XVe siècle permette une armée régulière qui employait les meilleurs routiers.
1345 - 1351
Victoires anglaisesornament
Campagne gasconne
Campagne gasconne ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1345 Jan 2

Campagne gasconne

Bordeaux, France
La force de Derby s'embarqua à Southampton à la fin du mois de mai 1345. Le mauvais temps obligea sa flotte de 151 navires à s'abriter à Falmouth pendant plusieurs semaines en cours de route, partant finalement le 23 juillet.Les Gascons, préparés par Stafford à s'attendre à l'arrivée de Derby fin mai et sentant la faiblesse française, ont pris le terrain sans lui.Les Gascons ont capturé les grands châteaux faiblement garnis de Montravel et Monbreton sur la Dordogne au début de juin;tous deux ont été pris par surprise et leur saisie a rompu la ténue trêve de Malestroit.Stafford a effectué une courte marche vers le nord pour assiéger Blaye.Il quitta les Gascons pour poursuivre cela et se rendit à Langon, au sud de Bordeaux, pour mettre en place un second siège.Les Français lancent un appel urgent aux armes.Pendant ce temps, de petits partis indépendants de Gascons ont fait des raids dans toute la région.Des groupes français locaux les rejoignent et plusieurs nobles mineurs jettent leur dévolu sur les Anglo-Gascons.Ils ont eu quelques succès, mais leur principal effet a été d'immobiliser la plupart des garnisons françaises de la région et de les amener à appeler des renforts - en vain.Les quelques troupes françaises ne garnissant pas les fortifications s'immobilisent par des sièges de fortifications sous contrôle anglais : Casseneuil dans l'Agenais ;Monchamp près de Condom ;et Montcuq, un château fort mais stratégiquement insignifiant au sud de Bergerac.De vastes zones ont été laissées effectivement sans défense.Le 9 août, Derby arrive à Bordeaux avec 500 hommes d'armes, 1 500 archers anglais et gallois, dont 500 montés sur des poneys pour augmenter leur mobilité, et des troupes auxiliaires et de soutien, comme une équipe de 24 mineurs.La majorité étaient des vétérans des campagnes précédentes.Après deux semaines de recrutement et de consolidation de ses forces, Derby a décidé de changer de stratégie.Plutôt que de continuer une guerre de sièges, il décida de frapper directement les Français avant qu'ils ne puissent concentrer leurs forces.Les Français de la région étaient sous le commandement de Bertrand de l'Isle-Jourdain, qui rassemblait ses forces au centre de communication et à la ville stratégiquement importante de Bergerac.C'était à 60 milles (97 kilomètres) à l'est de Bordeaux et contrôlait un important pont sur la rivière Dordogne.
Bataille de Bergerac
©Graham Turner
1345 Aug 20

Bataille de Bergerac

Bergerac, France
Henri de Grosmont, comte de Derby arrive en Gascogne en août, et rompant avec la politique précédente d'avance prudente, frappe directement la plus grande concentration française, à Bergerac.Il a surpris et vaincu les forces françaises, sous Bertrand Ier de L'Isle-Jourdain et Henri de Montigny.Les Français ont subi de lourdes pertes et la perte de la ville, un revers stratégique important.La bataille et la prise de Bergerac qui a suivi ont été des victoires majeures;le pillage de l'armée française vaincue et du pillage de la ville était immense.Stratégiquement, l'armée anglo-gasconne s'était assuré une base importante pour de nouvelles opérations.Politiquement, les seigneurs locaux qui avaient été indécis dans leur allégeance avaient été montrés que les Anglais étaient à nouveau une force avec laquelle il fallait compter en Gascogne.
Bataille d'Auberoche
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1345 Oct 21

Bataille d'Auberoche

Dordogne,
Derby a planifié un assaut à trois volets.L'attaque a été lancée alors que les Français prenaient leur repas du soir, et la surprise totale a été obtenue.Alors que les Français étaient confus et distraits par cette attaque de l'ouest, Derby fit une charge de cavalerie avec ses 400 hommes d'armes du sud.La défense française s'est effondrée et ils ont déroute.La bataille s'est soldée par une lourde défaite pour les Français, qui ont subi de très lourdes pertes, leurs chefs étant tués ou capturés.Le duc de Normandie perd courage en apprenant la défaite.Bien qu'il soit plus nombreux que la force anglo-gasconne huit contre un, il se retire à Angoulême et dissout son armée.Les Français ont également abandonné tous leurs sièges en cours d'autres garnisons anglo-gasconses.Derby a été laissé presque sans opposition pendant six mois, au cours desquels il a saisi plus de villes.Le moral local, et plus important encore le prestige dans la région frontalière, avaient décidément basculé dans le sens de l'Angleterre à la suite de ce conflit, fournissant un afflux d'impôts et de recrues aux armées anglaises.Des seigneurs locaux notables se sont déclarés pour les Anglais, apportant avec eux d'importants cortèges.Forts de ce succès, les Anglais avaient établi une domination régionale qui allait durer plus de trente ans.
Siege of Aiguillon
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1346 Apr 1 - Aug 20

Siege of Aiguillon

Aiguillon, France
En 1345, Henri, comte de Lancastre, est envoyé en Gascogne dans le sud-ouest de la France avec 2 000 hommes et d'importantes ressources financières.En 1346, les Français concentrèrent leurs efforts sur le sud-ouest et, au début de la saison de campagne, une armée de 15 000 à 20 000 hommes descendit la vallée de la Garonne.Aiguillon commande à la fois la Garonne et le Lot, et il n'était pas possible de soutenir une offensive plus loin en Gascogne à moins que la ville ne soit prise.Le duc Jean, fils et héritier présomptif de Philippe VI, assiège la ville.La garnison, quelque 900 hommes, sortit à plusieurs reprises pour interrompre les opérations françaises, tandis que Lancaster concentrait la principale force anglo-gasconne à La Réole, à environ 48 km, comme une menace.Le duc John n'a jamais été en mesure de bloquer complètement la ville et a constaté que ses propres lignes d'approvisionnement étaient sérieusement harcelées.À une occasion, Lancaster a utilisé sa force principale pour escorter un grand train de ravitaillement dans la ville.En juillet, la principale armée anglaise débarque dans le nord de la France et se dirige vers Paris.Philippe VI a ordonné à plusieurs reprises à son fils, le duc Jean, de rompre le siège et d'amener son armée vers le nord.Le duc Jean, considérant que c'était une question d'honneur, refusa.En août, le système d'approvisionnement français était en panne, il y avait une épidémie de dysenterie dans leur camp, la désertion sévissait et les ordres de Philippe VI devenaient impérieux.Le 20 août, les Français abandonnèrent le siège et leur camp et s'éloignèrent.Six jours plus tard, la principale armée française est battue de manière décisive lors de la bataille de Crécy avec de très lourdes pertes.Deux semaines après cette défaite, l'armée du duc Jean rejoint les survivants français.
Bataille de St Pol de Léon
©Graham Turner
1346 Jun 9

Bataille de St Pol de Léon

Saint-Pol-de-Léon, France
Le commandant de la faction anglo-bretonne était Sir Thomas Dagworth, un soldat professionnel vétéran qui avait servi avec son suzerain le roi Édouard III pendant de nombreuses années et on lui faisait confiance pour mener la guerre bretonne de manière efficace pendant qu'Edward collectait des fonds en Angleterre et planifiait l'invasion de la Normandie pour l'année suivante.Charles de Blois a tendu une embuscade à Dagworth et à ses 180 gardes du corps dans le village isolé de Saint-Pol-de-Léon.Dagworth a formé ses hommes et les a menés dans un retrait rapide vers une colline voisine, où ils ont creusé des tranchées et préparé des positions.Blois mit pied à terre tous ses soldats et abandonna lui-même son cheval et ordonna à ses supérieurs de faire un assaut sur trois fronts sur les lignes anglo-bretonnes.L'assaut et les autres qui l'ont suivi au cours de l'après-midi ont tous été repoussés par des tirs à l'arc précis, qui ont décimé les rangs des assaillants, et quelques combats désespérés au corps à corps.L'assaut final est venu enfin avec Charles lui-même à l'avant-garde, mais même cela n'a pas remporté la victoire, et les forces franco-bretonnes ont été forcées d'abandonner leur attaque et de retourner en Bretagne orientale, laissant derrière elles des dizaines de soldats morts, blessés et capturés. sur le flanc du champ de bataille.Charles de Blois, qui avait la réputation d'un commandant féroce et intelligent, avait de nouveau été vaincu par un commandant anglais, et de souche commune.En effet, Charles n'a pas remporté une seule des cinq batailles importantes qu'il a menées contre les Anglais entre 1342 et 1364, bien qu'il se soit montré plus efficace lors des sièges et des longues campagnes.La noblesse bretonne avait maintenant eu le temps de réfléchir pour choisir son camp dans la guerre en cours.
Edouard III envahit la Normandie
Edouard III envahit la Normandie. ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1346 Jul 12

Edouard III envahit la Normandie

Cotentin Peninsula, France
En mars 1346, les Français, au nombre de 15 000 à 20 000 et comprenant un grand train de siège et cinq canons, largement supérieurs à toute force que les Anglo-Gascons pouvaient déployer, marchèrent sur Aiguillon et l'assiégèrent le 1er avril.Le 2 avril, l'arrière-interdiction, l'appel officiel aux armes pour tous les hommes valides, a été annoncée pour le sud de la France.Les efforts financiers, logistiques et humains français se sont concentrés sur cette offensive.Derby, maintenant connu sous le nom de Lancaster après la mort de son père,e 2 a envoyé un appel urgent à l'aide à Edward.Edward était non seulement moralement obligé de secourir son vassal, mais aussi contractuellement tenu de le faire.La campagne a commencé le 11 juillet 1346 lorsque la flotte d'Edward de plus de 700 navires, la plus grande jamais assemblée par les Anglais à cette date, a quitté le sud de l'Angleterre et a atterri le lendemain à Saint-Vaast la Hogue, à 20 milles (32 kilomètres) de Cherbourg.L'armée anglaise était estimée entre 12 000 et 15 000 hommes et se composait de soldats anglais et gallois ainsi que de mercenaires et alliés allemands et bretons.Il comprenait plusieurs barons normands mécontents du règne de Philippe VI.Les Anglais ont réalisé une surprise stratégique complète et ont marché vers le sud.
Bataille de Caen
Bataille médiévale. ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1346 Jul 26

Bataille de Caen

Caen, France
Après avoir débarqué en Normandie, le but d'Edward était de mener une chevauchée, un raid à grande échelle, à travers le territoire français pour réduire le moral et la richesse de son adversaire.Ses soldats ont rasé toutes les villes sur leur passage et ont pillé tout ce qu'ils pouvaient de la population.Les villes de Carentan, Saint-Lô et Torteval sont détruites au passage de l'armée, ainsi que de nombreuses localités plus petites.La flotte anglaise a suivi la route de l'armée, dévastant le pays jusqu'à 8 kilomètres à l'intérieur des terres et emportant de grandes quantités de butin;de nombreux navires ont déserté, leurs équipages ayant rempli leurs cales.Ils ont également capturé ou brûlé plus d'une centaine de navires;61 d'entre eux avaient été convertis en navires militaires.Caen, le centre culturel, politique, religieux et financier du nord-ouest de la Normandie, était la cible initiale d'Edward ;il espérait récupérer ses dépenses d'expédition et faire pression sur le gouvernement français en prenant cette ville importante et en la détruisant.Les Anglais étaient pratiquement sans opposition et ont dévasté une grande partie de la Normandie avant d'attaquer Caen.Une partie de l'armée anglaise, composée de 12 000 à 15 000 hommes, commandée par les comtes de Warwick et de Northampton, attaque prématurément Caen.Il était garni de 1 000 à 1 500 soldats, complétés par un grand nombre inconnu de citadins armés, et commandés par Raoul, comte d'Eu, grand connétable de France.La ville a été capturée lors du premier assaut.Plus de 5 000 soldats ordinaires et citadins ont été tués et quelques nobles ont été faits prisonniers.La ville a été mise à sac pendant cinq jours.L'armée anglaise partit le 1er août, vers le sud jusqu'à la Seine puis vers Paris.
Bataille de Blanchetaque
Edouard III traversant la Somme de Benjamin West, ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1346 Aug 24

Bataille de Blanchetaque

Abbeville, France
Le 29 juillet, Philippe proclame l'arrière-interdiction du nord de la France, ordonnant à tous les hommes valides de se rassembler à Rouen le 31.Le 16 août, Edward brûle Poissy et marche vers le nord.Les Français avaient mené une politique de la terre brûlée, emportant toutes les réserves de nourriture et obligeant ainsi les Anglais à s'étendre sur une vaste zone pour fourrager, ce qui les ralentissait considérablement.Les Anglais étaient maintenant piégés dans une zone qui avait été dépouillée de nourriture.Les Français quittent Amiens et avancent vers l'ouest, vers les Anglais.Ils étaient maintenant prêts à livrer bataille, sachant qu'ils auraient l'avantage de pouvoir se tenir sur la défensive pendant que les Anglais étaient forcés d'essayer de se frayer un chemin devant eux.Edward était déterminé à briser le blocus français de la Somme et sondé en plusieurs points, attaquant en vain Hangest et Pont-Remy avant de se déplacer vers l'ouest le long de la rivière.Les approvisionnements anglais s'épuisaient et l'armée était en lambeaux, affamée et commençait à souffrir d'une baisse de moral.Au cours de la nuit, Edward a été mis au courant, soit par un Anglais vivant sur place, soit par un captif français, qu'à seulement 6 km, près du village de Saigneville, se trouvait un gué nommé Blanchetaque.Edward a immédiatement levé le camp et a déplacé toute sa force vers le gué.Une fois que la marée descendante avait abaissé le niveau de l'eau, une force d'archers anglais a marché à mi-chemin à travers le gué et, debout dans l'eau, a engagé une force d'arbalétriers mercenaires, dont ils ont pu supprimer le tir.Une force de cavalerie française a tenté de repousser les archers mais a été à son tour attaquée par des hommes d'armes anglais.Après une mêlée dans la rivière, les Français ont été repoussés, davantage de troupes anglaises ont été introduites dans le combat, et les Français se sont cassés et ont fui.Les pertes françaises représentaient plus de la moitié de leurs effectifs, tandis que les pertes anglaises étaient légères.
Play button
1346 Aug 26

Bataille de Crécy

Crécy-en-Ponthieu, France
Une fois que les Français se sont retirés, Edward a marché les 9 milles (14 km) jusqu'à Crécy-en-Ponthieu où il a préparé une position défensive.Les Français avaient été si convaincus que les Anglais ne pourraient pas franchir la ligne de la Somme qu'ils n'avaient pas dénudé la région, et la campagne était riche en nourriture et en butin.Les Anglais purent donc se ravitailler, Noyelles-sur-Mer et Le Crotoy notamment cédant d'importantes réserves de vivres, qui furent pillées et les villes incendiées.Au cours d'un bref duel de tir à l'arc, une grande force d'arbalétriers mercenaires français a été mise en déroute par des archers gallois et anglais.Les Français lancent alors une série de charges de cavalerie par leurs chevaliers à cheval.Au moment où les charges françaises atteignirent les hommes d'armes anglais, qui avaient mis pied à terre pour la bataille, elles avaient perdu une grande partie de leur élan.Le combat au corps à corps qui a suivi a été décrit comme "meurtrier, sans pitié, cruel et très horrible".Les charges françaises se sont poursuivies jusque tard dans la nuit, toutes avec le même résultat : des combats acharnés suivis d'une répulsion française.
Prise de Calais
Siège de Calais ©Graham Turner
1346 Sep 4 - 1347 Aug 3

Prise de Calais

Calais, France
Après la bataille de Crécy, les Anglais se sont reposés pendant deux jours et ont enterré les morts.Les Anglais, ayant besoin de ravitaillement et de renforts, marchent vers le nord.Ils continuent de dévaster les terres et rasent plusieurs villes, dont Wissant, port normal de débarquement des navires anglais vers le nord-est de la France.En dehors de la ville en feu, Edward a tenu un conseil qui a décidé de capturer Calais.La ville était un entrepôt idéal d'un point de vue anglais, et proche de la frontière des Flandres et des alliés flamands d'Edward.Les Anglais arrivèrent à l'extérieur de la ville le 4 septembre et l'assiégèrent.Calais était fortement fortifiée : elle possédait un double fossé, d'importants murs d'enceinte, et sa citadelle à l'angle nord-ouest avait son propre fossé et des fortifications supplémentaires.Il était entouré de vastes marais, certains d'entre eux à marée, ce qui rendait difficile de trouver des plates-formes stables pour les trébuchets et autres pièces d'artillerie, ou d'exploiter les murs.Elle était adéquatement garnie et approvisionnée, et était sous le commandement de l'expérimenté Jean de Vienne.Il pourrait être facilement renforcé et approvisionné par voie maritime.Le lendemain du début du siège, des navires anglais arrivent au large et réapprovisionnent, rééquipent et renforcent l'armée anglaise.Les Anglais s'installèrent pour un long séjour, établissant un camp prospère à l'ouest, Nouville, ou "New Town", avec deux jours de marché par semaine.Une importante opération de ravitaillement s'est appuyée sur des sources dans toute l'Angleterre et le Pays de Galles pour approvisionner les assiégeants, ainsi que par voie terrestre depuis la Flandre voisine.Au total, 853 navires, dotés d'un équipage de 24 000 marins, ont été impliqués au cours du siège;un effort sans précédent.Fatigué par neuf ans de guerre, le Parlement accepta à contrecœur de financer le siège.Edward a déclaré que c'était une question d'honneur et a avoué son intention de rester jusqu'à ce que la ville tombe.Deux cardinaux agissant en tant qu'émissaires du pape Clément VI, qui tentaient en vain de négocier l'arrêt des hostilités depuis juillet 1346, continuèrent à voyager entre les armées, mais aucun des rois ne leur parla.Le 17 juillet, Philippe conduit l'armée française vers le nord.Alerté, Edward appela les Flamands à Calais.Le 27 juillet, les Français sont arrivés en vue de la ville, à 10 km.Leur armée comptait entre 15 000 et 20 000 hommes ;un tiers de la taille des Anglais et de leurs alliés, qui avaient préparé des terrassements et des palissades à chaque approche.La position anglaise était clairement inattaquable.Dans une tentative de sauver la face, Philippe a maintenant admis les émissaires du pape à une audience.Ils ont à leur tour organisé des pourparlers, mais après quatre jours de querelles, ceux-ci n'ont abouti à rien.Le 1er août, la garnison de Calais, ayant observé l'armée française apparemment à portée pendant une semaine, signala qu'elle était sur le point de se rendre.Cette nuit-là, l'armée française se retire.Le 3 août 1347, Calais se rend.Toute la population française a été expulsée.Une grande quantité de butin a été trouvée dans la ville.Edward a repeuplé la ville avec des colons anglais.Calais a fourni aux Anglais un logement stratégique important pour le reste de la guerre de Cent Ans et au-delà.Le port ne fut repris par les Français qu'en 1558.
Lancaster's chevauchée of 1346
Lancaster's chevauchée of 1346 ©Graham Turner
1346 Sep 12 - Oct 31

Lancaster's chevauchée of 1346

Poitiers, France
Après la bataille de Crécy, les défenses françaises du sud-ouest sont restées à la fois faibles et désorganisées.Lancaster en profita en lançant des offensives dans le Quercy et le Bazadais et dirigea lui-même une troisième force lors d'un raid monté à grande échelle (une chevauchée) entre le 12 septembre et le 31 octobre 1346. Les trois offensives furent couronnées de succès, avec la chevauchée de Lancaster, d'environ 2 000 Anglais et des soldats gascons, ne rencontrant aucune résistance efficace de la part des Français, pénétrant à 260 kilomètres au nord et prenant d'assaut la riche ville de Poitiers.Ses forces ont ensuite incendié et pillé de vastes zones de la Saintonge, de l'Aunis et du Poitou, capturant de nombreuses villes, châteaux et petites places fortifiées au fur et à mesure.Les offensives ont complètement perturbé les défenses françaises et déplacé le centre des combats du cœur de la Gascogne à 80 kilomètres ou plus au-delà de ses frontières.Il retourna en Angleterre au début de 1347.
L'Ecosse envahit le nord de l'Angleterre
Bataille de la croix de Neville ©Graham Turner
1346 Oct 17

L'Ecosse envahit le nord de l'Angleterre

Neville's Cross, Durham UK
L'Auld Alliance entre la France et l'Écosse avait été renouvelée en 1326 et visait à dissuader l'Angleterre d'attaquer l'un ou l'autre pays par la menace que, dans ce cas, l'autre envahirait le territoire anglais.Le roi Philippe VI de France a appelé les Écossais à remplir leur obligation aux termes de l'Auld Alliance et à envahir l'Angleterre.David II obligé.Une fois l'armée écossaise de 12 000 hommes dirigée par le roi David II envahie, une armée anglaise d'environ 6 000 à 7 000 hommes dirigée par Ralph Neville, Lord Neville fut rapidement mobilisée à Richmond dans le nord du Yorkshire sous la supervision de William de la Zouche, l'archevêque d'York. , qui était Lord Warden of the Marches.L'armée écossaise a été vaincue avec de lourdes pertes.Au cours de la bataille, David II a reçu deux balles au visage avec des flèches.Les chirurgiens ont tenté de retirer les flèches, mais la pointe de l'une est restée logée dans son visage, le rendant sujet aux maux de tête pendant des décennies.Bien qu'il ait fui sans combattre, Robert Stewart a été nommé Lord Guardian pour agir au nom de David II en son absence.Le Black Rood of Scotland , vénéré comme un morceau de la Vraie Croix , et appartenant auparavant à l'ancienne reine d'Écosse, Sainte Marguerite d'Écosse , a été pris à David II et donné au sanctuaire de Saint Cuthbert dans la cathédrale de Durham .
Bataille de La Roche Derrien
Une autre version de Charles de Blois fait prisonnier ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1347 Jun 20

Bataille de La Roche Derrien

La Roche-Derrien, France
Environ 4 000 à 5 000 mercenaires français, bretons et génois (la plus grande armée de campagne jamais réunie par Charles de Blois) assiègent la ville de La Roche-Derrien dans l'espoir d'attirer Sir Thomas Dagworth, le commandant de la seule armée de campagne anglaise permanente. en Bretagne à l'époque, dans une bataille ouverte.Lorsque l'armée de secours de Dagworth, moins d'un quart de la taille de la force française, est arrivée à La Roche-Derrien, elle a attaqué le campement est (principal) et est tombée dans le piège tendu par Charles.La force principale de Dagworth a été assaillie par des carreaux d'arbalète de l'avant et de l'arrière et après un court laps de temps, Dagworth lui-même a été contraint de se rendre.Charles, pensant qu'il avait gagné la bataille et que la Bretagne était effectivement à lui, baissa sa garde.Cependant, une sortie de la ville, composée principalement de citadins armés de haches et d'outils agricoles, est venue de derrière les lignes de Charles.Les archers et les hommes d'armes qui restaient de l'assaut initial se sont maintenant ralliés à la garnison de la ville pour réduire les forces de Charles.Charles a été contraint de se rendre et a été pris en rançon.
Trêve de Calais
Une cité médiévale assiégée ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1347 Sep 28

Trêve de Calais

Calais, France
La trêve de Calais était une trêve convenue par le roi Édouard III d'Angleterre et le roi Philippe VI de France le 28 septembre 1347, qui a été négociée par des émissaires du pape Clément VI.Les deux pays étaient financièrement et militairement épuisés et deux cardinaux agissant pour le pape Clément ont pu négocier une trêve dans une série de négociations en dehors de Calais.Celui-ci a été signé le 28 septembre pour courir jusqu'au 7 juillet 1348.Edward a suggéré de prolonger la trêve en mai 1348, mais Philip tenait à faire campagne.Cependant, les effets de la peste noire, qui se sont propagés aux deux royaumes en 1348, ont entraîné le renouvellement de la trêve en 1348, 1349 et 1350. Alors que la trêve était en vigueur, aucun pays n'a fait campagne avec une armée de campagne complète, mais cela n'a pas arrêté affrontements navals répétés ni combats en Gascogne et en Bretagne.Philippe mourut le 22 août 1350 et il n'était pas clair si la trêve était alors caduque, car elle avait été signée sous son autorité personnelle.Son fils et successeur, Jean II, s'est rendu sur le terrain avec une grande armée dans le sud-ouest de la France.Une fois cette campagne terminée avec succès, Jean autorisa le renouvellement de la trêve pour un an jusqu'au 10 septembre 1352. Les aventuriers anglais s'emparèrent de la ville stratégiquement située de Guînes en janvier 1352, provoquant à nouveau des combats à grande échelle, qui tournèrent mal pour les Français. .
Mort noire
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1348 Jan 1 - 1350

Mort noire

France
La peste noire (également connue sous le nom de peste, de grande mortalité ou de peste) était une pandémie de peste bubonique survenue en Afro-Eurasie de 1346 à 1353. C'est la pandémie la plus mortelle enregistrée dans l'histoire de l'humanité, causant la mort de 75 à 200 personnes. millions de personnes en Eurasie et en Afrique du Nord, culminant en Europe de 1347 à 1351.La peste aurait été introduite pour la première fois en Europe via des commerçants génois depuis leur ville portuaire de Kaffa en Crimée en 1347. Alors que la maladie s'installait, les commerçants génois ont fui à travers la mer Noire vers Constantinople, où la maladie est arrivée pour la première fois en Europe à l'été 1347. par douze galères génoises, la peste arriva par bateau en Sicile en octobre 1347. D'Italie, la maladie se propagea vers le nord-ouest à travers l'Europe, frappant la France, l'Espagne (l'épidémie commença à faire des ravages d'abord sur la couronne d'Aragon au printemps 1348), le Portugal et l'Angleterre en juin 1348, puis se sont propagées à l'est et au nord à travers l'Allemagne, l'Écosse et la Scandinavie de 1348 à 1350. Au cours des prochaines années, un tiers de la population française mourra, y compris la reine Jeanne.
Bataille de Winchelsea
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1350 Aug 29

Bataille de Winchelsea

Winchelsea. UK
En novembre 1349, Charles de la Cerda, soldat de fortune, fils de Luis de la Cerda et membre d'une branche de la famille royale castillane, partit du nordde l'Espagne , commandé par les Français , avec un nombre inconnu de navires.Il intercepte et capture plusieurs navires anglais chargés de vin de Bordeaux et assassine leurs équipages.Plus tard dans l'année, de la Cerda dirigea une flotte castillane de 47 navires chargés de laine espagnole de La Corogne à Sluys, en Flandre, où elle hiverna.En chemin, il captura plusieurs autres navires anglais, tuant à nouveau les équipages - en les jetant par-dessus bord.Le 10 août 1350, alors qu'Edward était à Rotherhithe, il annonça son intention d'affronter les Castillans.La flotte anglaise devait se donner rendez-vous à Sandwich, Kent.Edward avait de bonnes sources de renseignements en Flandre et connaissait la composition de la flotte de De la Cerda et quand elle a navigué.Il décida de l'intercepter et quitta Sandwich le 28 août avec 50 navires, tous plus petits que la majorité des navires castillans et certains beaucoup plus petits.Edward et de nombreux membres de la plus haute noblesse d'Angleterre, dont deux des fils d'Edward, ont navigué avec la flotte, qui était bien pourvue d'hommes d'armes et d'archers.La bataille de Winchelsea était une victoire navale pour une flotte anglaise de 50 navires, commandée par le roi Édouard III, sur une flotte castillane de 47 navires plus gros, commandée par Charles de la Cerda.Entre 14 et 26 navires castillans ont été capturés et plusieurs ont été coulés.Seuls deux navires anglais sont connus pour avoir été coulés, mais il y a eu une perte de vie importante.Charles de la Cerda a survécu à la bataille et peu après a été nommé connétable de France.Il n'y a pas eu de poursuite des navires castillans survivants, qui ont fui vers les ports français.Rejoints par des navires français, ils ont continué à harceler la navigation anglaise pendant le reste de l'automne avant de se retirer à Sluys pour l'hiver.Le printemps suivant, la Manche était toujours effectivement fermée à la navigation anglaise à moins d'être fortement escortée.Le commerce avec la Gascogne a été moins affecté, mais les navires ont été contraints d'utiliser des ports de l'ouest de l'Angleterre, souvent difficilement éloignés des marchés anglais prévus pour leur cargaison.D'autres ont suggéré que la bataille n'était qu'une des nombreuses rencontres navales importantes et acharnées de l'époque, enregistrées uniquement en raison des personnalités impliquées.
1351 - 1356
Effondrement du gouvernement françaisornament
Combat des Trente
Penguilly l'Haridon: Le Combat des Trente ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1351 Mar 26

Combat des Trente

Guillac, France
Le Combat des Trente est un épisode de la Guerre de Succession de Bretagne pour déterminer qui dirigera le Duché de Bretagne.C'était un combat arrangé entre des combattants sélectionnés des deux côtés du conflit, combattu sur un site à mi-chemin entre les châteaux bretons de Josselin et Ploërmel parmi 30 champions, chevaliers et écuyers de chaque côté.Le défi a été lancé par Jean de Beaumanoir, capitaine de Charles de Blois soutenu par le roi Philippe VI de France, à Robert Bemborough, capitaine de Jean de Montfort soutenu par Edouard III d'Angleterre.Après une bataille acharnée, la faction franco-bretonne de Blois sort victorieuse.Le combat a ensuite été célébré par les chroniqueurs médiévaux et les ballades comme une noble démonstration des idéaux de la chevalerie.Selon les mots de Jean Froissart, les guerriers "se sont tenus aussi vaillamment des deux côtés que s'ils avaient été tous des Roland et des Oliver".
Bataille d'Ardres
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1351 Jun 6

Bataille d'Ardres

Ardres, France
Le nouveau commandant anglais de Calais John de Beauchamp avait mené un raid autour de la région entourant Saint-Omer avec une force de quelque 300 hommes d'armes et 300 archers à cheval, lorsqu'il a été découvert par une force française dirigée par Édouard I de Beaujeu, seigneur de Beaujeu, le commandant français en marche de Calais, près d'Ardres.Les Français se sont déplacés pour encercler les Anglais, les piégeant dans un coude de la rivière.Beaujeu a fait descendre tous ses hommes avant d'attaquer, après avoir tiré les leçons de la bataille de Lunalonge de 1349 dans des conditions similaires lorsqu'ils ont gardé trop d'hommes à cheval, divisant leurs forces trop rapidement, ce qui a fait perdre la bataille aux Français.Dans les combats, Édouard Ier de Beaujeu est tué mais avec l'aide de renforts de la garnison de Saint-Omer, les Français battent les Anglais.John Beauchamp était l'un des nombreux Anglais capturés.
Siège de Guinées
Siège de Guinées ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1352 May 1 - Jul

Siège de Guinées

Guînes, France
Le siège de Guînes a eu lieu en 1352 lorsqu'une armée française sous Geoffrey de Charny a tenté en vain de reprendre le château français de Guînes qui avait été saisi par les Anglais.Le château fortement fortifié avait été pris par les Anglais pendant une période de trêve nominale et le roi d'Angleterre, Edouard III, décida de le conserver.Charny, à la tête de 4 500 hommes, reprend la ville mais ne parvient pas à reprendre ou à bloquer le château.Après deux mois de combats acharnés, une grande attaque nocturne anglaise sur le camp français infligea une lourde défaite et les Français se retirèrent.
Bataille de Mauron
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1352 Aug 14

Bataille de Mauron

Mauron, France
En 1352, une armée française, commandée par le maréchal Guy II de Nesle, envahit la Bretagne et, après avoir repris Rennes et les territoires du sud, avançait vers le nord-ouest, vers la ville de Brest.Sous les ordres du roi de France Jean II de France de reprendre le château de Ploërmel à la garnison anglo-bretonne qui l'occupait, de Nesle se dirigea vers Ploërmel.Face à cette menace, le capitaine anglais Walter Bentley et le capitaine breton Tanguy du Chastel rassemblent des troupes pour partir à cheval et rencontrer les forces franco-bretonnes le 14 août 1352. Les Anglo-Bretons sont victorieux.La bataille fut très violente et de lourdes pertes eurent lieu des deux côtés : 800 du côté franco-breton et 600 du côté anglo-breton.C'était surtout grave pour l'aristocratie bretonne soutenant le parti de Charles de Blois.Guy II de Nesle et le héros de la bataille des Trente, Alain de Tinténiac, sont tués.Plus de quatre-vingts chevaliers de l'Ordre chevaleresque de l'Étoile récemment formé ont également perdu la vie, peut-être en partie à cause du serment de l'ordre de ne jamais battre en retraite.
Bataille de Montmuran
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1354 Apr 10

Bataille de Montmuran

Les Iffs, France
Suite à la défaite de Mauron pendant la guerre de Cent Ans, les Bretons, menés par Bertrand Du Guesclin, prennent leur revanche.En 1354, Calveley était capitaine de la forteresse anglaise de Bécherel.Il planifia un raid sur le château de Montmuran le 10 avril, pour capturer Arnoul d'Audrehem, maréchal de France, qui était l'invité de la dame de Tinteniac.Bertrand du Guesclin, dans l'un des premiers temps forts de sa carrière, a anticipé l'attaque, en postant des archers comme sentinelles.Lorsque les sentinelles ont donné l'alerte à l'approche de Calveley, du Guesclin et d'Audrehem se sont dépêchés d'intercepter.Dans le combat qui s'ensuit, Calveley est désarçonné par un chevalier nommé Enguerrand d'Hesdin, capturé puis racheté.
Black Prince's chevauchée of 1355
Une ville mise à sac ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1355 Oct 5 - Dec 2

Black Prince's chevauchée of 1355

Bordeaux, France
Un traité pour mettre fin à la guerre fut négocié à Guînes et signé le 6 avril 1354. Cependant, la composition du conseil intérieur du roi de France, Jean II (r. 1350-1364), changea et le sentiment se retourna contre ses termes.John a décidé de ne pas le ratifier, et il était clair qu'à partir de l'été 1355, les deux parties seraient engagées dans une guerre à grande échelle.En avril 1355, Édouard III et son conseil, le trésor étant dans une situation financière exceptionnellement favorable, décidèrent de lancer des offensives cette année-là dans le nord de la France et en Gascogne.John a tenté de mettre en garnison fortement ses villes et fortifications du nord contre la descente attendue d'Edouard III, en même temps qu'il assemblait une armée de campagne;il en était incapable, en grande partie à cause d'un manque d'argent.La chevauchée du Prince Noir était un raid monté à grande échelle mené par une force anglo-gasconne sous le commandement d'Edward, le Prince Noir, entre le 5 octobre et le 2 décembre 1355. Jean, comte d'Armagnac, qui commandait les forces françaises locales , a évité la bataille et il y a eu peu de combats pendant la campagne.La force anglo-gasconne de 4 000 à 6 000 hommes a marché de Bordeaux en Gascogne sous contrôle anglais sur 300 miles (480 km) jusqu'à Narbonne et retour en Gascogne, dévastant une large bande de territoire français et saccageant de nombreuses villes françaises sur le chemin.Alors qu'aucun territoire n'a été capturé, d'énormes dommages économiques ont été causés à la France;l'historien moderne Clifford Rogers a conclu que «l'importance de l'aspect d'attrition économique de la chevauchée peut difficilement être exagérée».La composante anglaise a repris l'offensive après Noël avec un grand effet, et plus de 50 villes ou fortifications tenues par les Français ont été capturées au cours des quatre mois suivants.
Black Prince's chevauchée of 1356
Black Prince's chevauchée of 1356 ©Graham Turner
1356 Aug 4 - Oct 2

Black Prince's chevauchée of 1356

Bergerac, France
En 1356, le Prince Noir avait l'intention d'effectuer une chevauchée similaire, cette fois dans le cadre d'une opération stratégique plus vaste destinée à frapper les Français de plusieurs directions simultanément.Le 4 août, 6 000 soldats anglo-gascons se sont dirigés vers le nord de Bergerac en direction de Bourges, dévastant une large bande de territoire français et saccageant de nombreuses villes françaises en chemin.On espérait rejoindre deux forces anglaises à proximité de la Loire , mais début septembre, les Anglo-Gascons affrontaient seuls l'armée royale française beaucoup plus importante.Le Prince Noir se retire vers la Gascogne ;il était prêt à livrer bataille, mais seulement s'il pouvait se battre sur la défensive tactique sur le terrain de son choix.John était déterminé à se battre, de préférence en coupant les Anglo-Gascons de l'approvisionnement et en les forçant à l'attaquer dans sa position préparée.En l'occurrence, les Français réussirent à couper l'armée du prince, mais décidèrent quand même de l'attaquer dans sa position défensive préparée, en partie par crainte qu'elle ne s'éclipse, mais surtout par question d'honneur.C'était la bataille de Poitiers.
Play button
1356 Sep 19

Bataille de Poitiers

Poitiers, France
Au début de 1356, le duc de Lancastre mena une armée à travers la Normandie, tandis qu'Edouard mena son armée lors d'une grande chevauchée depuis Bordeaux le 8 août 1356. Les forces d'Edouard rencontrèrent peu de résistance, saccageant de nombreuses colonies, jusqu'à ce qu'elles atteignent la Loire à Tours.Ils n'ont pas pu prendre le château ou brûler la ville en raison d'une forte pluie torrentielle.Ce retard a permis au roi Jean de tenter de cerner et de détruire l'armée d'Edward.Les deux armées s'affrontent, toutes deux prêtes au combat, près de Poitiers.Les Français ont été lourdement vaincus;une contre-attaque anglaise a capturé le roi Jean, ainsi que son plus jeune fils, et une grande partie de la noblesse française qui était présente.La disparition de la noblesse française à la bataille, dix ans seulement après la catastrophe de Crécy, plongea le royaume dans le chaos.Le royaume a été laissé entre les mains du Dauphin Charles, qui a fait face à une rébellion populaire à travers le royaume à la suite de la défaite.
Révolte paysanne de la Jacquerie
Bataille de Mello ©Anonymous
1358 Jun 10

Révolte paysanne de la Jacquerie

Mello, Oise, France
Après la capture du roi de France par les Anglais lors de la bataille de Poitiers en septembre 1356, le pouvoir en France passa en vain entre les États généraux et le fils de Jean, le Dauphin, plus tard Charles V. Les États généraux étaient trop divisés pour fournir une efficacité gouvernement et leur alliance avec le roi Charles II de Navarre, un autre prétendant au trône de France, ont provoqué la désunion parmi les nobles.Par conséquent, le prestige de la noblesse française est tombé à un nouveau plus bas.Le siècle avait mal commencé pour les nobles à Courtrai (la « bataille des Éperons d'or »), où ils s'enfuirent et laissèrent leur infanterie se faire tailler en pièces ;ils furent également accusés d'avoir rendu leur roi à la bataille de Poitiers.Le vote d'une loi obligeant les paysans à défendre les châteaux emblèmes de leur oppression est la cause immédiate du soulèvement spontané.Cette rébellion est devenue connue sous le nom de "la Jacquerie" parce que les nobles se moquaient des paysans comme "Jacques" ou "Jacques Bonhomme" pour leur surplis capitonné, appelé "jacque".Les bandes paysannes ont attaqué les maisons nobles environnantes, dont beaucoup n'étaient occupées que par des femmes et des enfants, les hommes étant avec les armées combattant les Anglais.Les occupants furent fréquemment massacrés, les maisons pillées et incendiées dans une orgie de violence qui choqua la France et ravagea cette région autrefois prospère.La réponse des nobles fut furieuse.L'aristocratie de toute la France s'est unie et a formé une armée en Normandie qui a été rejointe par des mercenaires anglais et étrangers, sentant un paiement et une chance de piller les paysans vaincus.Les forces parisiennes se sont battues le plus durement avant de se briser, mais en quelques minutes, toute l'armée n'était plus qu'une populace paniquée bloquant toutes les rues du château.Les réfugiés de l'armée de la Jacquerie et de Meaux se sont répandus dans la campagne où ils ont été exterminés avec des milliers d'autres paysans, dont beaucoup étaient innocents de toute implication dans la rébellion, par les nobles vengeurs et leurs alliés mercenaires.
Siège de Reims
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1359 Jul 1

Siège de Reims

Rheims, France
Profitant du mécontentement en France, Edward rassembla son armée à Calais à la fin de l'été 1359. Son premier objectif était de prendre la ville de Reims.Cependant, les citoyens de Reims ont construit et renforcé les défenses de la ville avant l'arrivée d'Edward et de son armée.Edouard assiège Reims pendant cinq semaines mais les nouvelles fortifications tiennent bon.Il lève le siège et déplace son armée vers Paris au printemps 1360.
Lundi noir
Edouard III jure de mettre fin aux guerres. ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1360 Apr 13

Lundi noir

Chartres, France
Le lundi de Pâques 13 avril, l'armée d'Edouard arrive aux portes de Chartres.Les défenseurs français refusèrent à nouveau la bataille, s'abritant plutôt derrière leurs fortifications, et un siège s'ensuivit.Cette nuit-là, l'armée anglaise établit son camp à l'extérieur de Chartres dans une plaine ouverte.Une tempête soudaine s'est matérialisée et la foudre a frappé, tuant plusieurs personnes.La température a chuté de façon spectaculaire et d'énormes grêlons accompagnés de pluie verglaçante ont commencé à bombarder les soldats, dispersant les chevaux.En une demi-heure, l'incitation et le froid intense ont tué près de 1 000 Anglais et jusqu'à 6 000 chevaux.Parmi les dirigeants anglais blessés se trouvait Sir Guy de Beauchamp II, le fils aîné de Thomas de Beauchamp, 11e comte de Warwick ;il mourra de ses blessures deux semaines après.Edward était convaincu que le phénomène était un signe de Dieu contre ses efforts.Au paroxysme de la tempête, il aurait descendu de cheval et s'était agenouillé en direction de la cathédrale Notre-Dame de Chartres.Il récita un vœu de paix et fut convaincu de négocier avec les Français.
1360 - 1369
Première paixornament
Traité de Brétigny
©Angus McBride
1360 May 8

Traité de Brétigny

Brétigny, France
Le roi Jean II de France, fait prisonnier de guerre à la bataille de Poitiers (19 septembre 1356), travailla avec le roi Édouard III d'Angleterre pour rédiger le traité de Londres.Le traité a été condamné par les états généraux français, qui ont conseillé au dauphin Charles de le rejeter.En réponse, Edward, qui souhaitait céder peu des avantages revendiqués dans le traité avorté de Londres l'année précédente, assiégea Reims.Le siège a duré jusqu'en janvier et avec des approvisionnements faibles, Edward s'est retiré en Bourgogne.Après que l'armée anglaise ait tenté un siège futile de Paris, Edward a marché vers Chartres et la discussion des termes a commencé début avril.Le traité de Brétigny était un traité, rédigé le 8 mai 1360 et ratifié le 24 octobre 1360, entre les rois Édouard III d'Angleterre et Jean II de France.Rétrospectivement, elle est considérée comme ayant marqué la fin de la première phase de la guerre de Cent Ans (1337-1453) ainsi que l'apogée de la puissance anglaise sur le continent européen.Les termes étaient :Edouard III obtient, outre la Guyenne et la Gascogne, le Poitou, la Saintonge et l'Aunis, l'Agenais, le Périgord, le Limousin, le Quercy, la Bigorre, les comtés de Gauré, l'Angoumois, le Rouergue, Montreuil-sur-Mer, le Ponthieu, Calais, Sangatte, Ham et le comté de Guînes.Le roi d'Angleterre devait les tenir libres et quittes, sans leur rendre hommage.De plus, le traité établissait que le titre de « toutes les îles que détient actuellement le roi d'Angleterre » ne serait plus sous la suzeraineté du roi de France.Le roi Edouard cède le duché de Touraine, les comtés d'Anjou et du Maine, la suzeraineté de Bretagne et de Flandre.Le traité n'a pas conduit à une paix durable, mais a procuré un répit de neuf ans à la guerre de Cent Ans.Il a également renoncé à toute prétention au trône de France.Jean II devait payer trois millions d'écus pour sa rançon et serait libéré après avoir payé un million.
Phase caroline
Phase caroline ©Daniel Cabrera Peña
1364 Jan 1

Phase caroline

Brittany, France
Dans le traité de Brétigny, Edouard III renonce à sa prétention au trône de France en échange du duché d'Aquitaine en pleine souveraineté.Entre les neuf années de paix formelle entre les deux royaumes, les Anglais et les Français s'affrontent en Bretagne et en Castille.En 1364, Jean II mourut à Londres, alors qu'il était encore en captivité honorable.Charles V lui succède comme roi de France.Dans la Guerre de Succession de Bretagne, les Anglais ont soutenu l'héritier mâle, la Maison de Montfort (un cadet de la Maison de Dreux, elle-même cadette de la dynastie capétienne) tandis que les Français ont soutenu l'héritier général, la Maison de Blois.Avec la paix en France, les mercenaires et les soldats récemment employés à la guerre se sont retrouvés sans emploi et se sont tournés vers le pillage.Charles Quint avait aussi un compte à régler avec Pedro le Cruel, roi de Castille, qui épousa sa belle-sœur, Blanche de Bourbon, et la fit empoisonner.Charles V ordonna à Du Guesclin de conduire ces bandes en Castille pour déposer Pedro le Cruel.La guerre civile castillane s'ensuivit.Ayant été opposé par les Français, Pedro a fait appel au Prince Noir pour obtenir de l'aide, promettant des récompenses.L'intervention du prince noir dans la guerre civile castillane et l'échec de Pedro à récompenser ses services ont épuisé le trésor du prince.Il résolut de récupérer ses pertes en augmentant les impôts en Aquitaine.Les Gascons, peu habitués à de tels impôts, se plaignent.Charles V convoqua le Prince Noir pour répondre aux plaintes de ses vassaux mais Edouard refusa.La phase Caroline de la guerre de Cent Ans a commencé.
Bataille de Cocherel
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1364 May 16

Bataille de Cocherel

Houlbec-Cocherel, France
La couronne française était en désaccord avec la Navarre (près de la Gascogne méridionale) depuis 1354. En 1363, les Navarrais utilisèrent la captivité de Jean II de France à Londres et la faiblesse politique du Dauphin pour tenter de s'emparer du pouvoir.Comme l'Angleterre était censée être en paix avec la France, les forces militaires anglaises utilisées pour soutenir la Navarre étaient issues des compagnies routières mercenaires, et non de l'armée du roi d'Angleterre, évitant ainsi une rupture du traité de paix.Dans le passé, lorsque l'armée adverse avait avancé, elle était taillée en pièces par les archers, mais dans cette bataille, du Guesclin réussit à briser la formation défensive en attaquant puis en faisant semblant de battre en retraite, ce qui tenta Sir John Jouel et son bataillon de leur colline à leur poursuite.Captal de Buch et sa compagnie suivirent.Une attaque de flanc de la réserve du Guesclin l'emporte alors.
Fin de la Guerre de Succession de Bretagne
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1364 Sep 29

Fin de la Guerre de Succession de Bretagne

Auray, France
Au début de 1364, après l'échec des négociations d'Évran, Montfort, avec l'aide de Jean Chandos, vient attaquer Auray, qui était aux mains des Franco-Bretons depuis 1342. Il entre dans la ville d'Auray et fait le siège le château, qui était bloqué par mer par les navires de Nicolas Bouchart venant du Croisic.La bataille a commencé par une courte escarmouche entre les arbalétriers français et les archers anglais.Chaque corps anglo-breton est attaqué de front, l'un après l'autre, mais les réserves rétablissent la situation.L'aile droite de la position franco-bretonne est alors contre-attaquée et repoussée et comme elle n'est pas soutenue par ses propres réserves, elle est repliée vers le centre.L'aile gauche se replie alors à son tour, le comte d'Auxerre est capturé, et les troupes de Charles de Blois se brisent et s'enfuient.Charles, abattu d'un coup de lance, fut achevé par un soldat anglais, obéissant à l'ordre de ne pas faire quartier.Du Guesclin, ayant cassé toutes ses armes, est obligé de se rendre au commandant anglais Chandos.Du Guesclin est arrêté et racheté par Charles V pour 100 000 francs.Cette victoire met fin à la guerre de succession.Un an plus tard, en 1365, par le premier traité de Guérande, le roi de France reconnaît Jean IV, fils de Jean de Montfort, comme duc de Bretagne.
Guerre civile castillane
Guerre civile castillane ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1366 Jan 1 - 1369

Guerre civile castillane

Madrid, Spain
La guerre civile castillane était une guerre de succession sur la couronne de Castille qui a duré de 1351 à 1369. Le conflit a commencé après la mort du roi Alphonse XI de Castille en mars 1350. Il est devenu une partie du conflit plus large qui faisait alors rage entre le royaume de L'Angleterre et le royaume de France : la guerre de Cent Ans.Il a été combattu principalement en Castille et ses eaux côtières entre les forces locales et alliées du roi régnant, Pierre, et son frère illégitime Henri de Trastámara sur le droit à la couronne.En 1366, la guerre civile de succession en Castille ouvre un nouveau chapitre.Les forces du souverain Pierre de Castille s'opposèrent à celles de son demi-frère Henri de Trastámara.La couronne anglaise a soutenu Peter;les Français ont soutenu Henry.Les forces françaises étaient dirigées par Bertrand du Guesclin, un Breton, qui est passé de ses débuts relativement modestes à la notoriété en tant que l'un des chefs de guerre français.Charles V a fourni une force de 12 000 hommes, avec du Guesclin à leur tête, pour soutenir Trastámara dans son invasion de la Castille.Peter a fait appel à l'Angleterre et au Prince Noir d'Aquitaine pour obtenir de l'aide, mais aucune n'a été reçue, forçant Peter à s'exiler en Aquitaine.Le Prince Noir avait précédemment accepté de soutenir les revendications de Peter, mais les inquiétudes concernant les termes du traité de Brétigny l'ont conduit à aider Peter en tant que représentant de l'Aquitaine, plutôt que de l'Angleterre.Il a ensuite conduit une armée anglo-gasconne en Castille.
Play button
1367 Apr 3

Bataille de Nájera

Nájera, Spain
La puissance navale castillane, bien supérieure à celle de la France ou de l'Angleterre , a encouragé les deux régimes à prendre parti dans la guerre civile, pour prendre le contrôle de la flotte castillane.Le roi Pierre de Castille était soutenu par l'Angleterre, l'Aquitaine, Majorque, la Navarre et les meilleurs mercenaires européens engagés par le Prince Noir.Son rival, le comte Henri, était aidé par une majorité de la noblesse et des organisations militaires chrétiennes de Castille.Alors que ni le royaume de France ni la couronne d'Aragon ne lui apportaient d'assistance officielle, il avait à ses côtés de nombreux soldats aragonais et les compagnies libres françaises fidèles à son lieutenant le chevalier breton et commandant français Bertrand du Guesclin.Bien que la bataille se soit terminée par une défaite retentissante pour Henry, elle a eu des conséquences désastreuses pour le roi Pierre, le prince de Galles et l'Angleterre.Après la bataille de Najera, Pierre Ier n'a pas donné au Prince Noir les territoires convenus à Bayonne ni payé les frais de la campagne.Par conséquent, les relations entre le roi Pierre Ier de Castille et le prince de Galles ont pris fin, et la Castille et l'Angleterre ont rompu leur alliance afin que Pierre Ier ne compte plus sur le soutien de l'Angleterre.Il en résulta un désastre politique et économique et des pertes astronomiques pour le Prince Noir après une campagne semée d'épreuves.
Bataille de Montiel
Bataille de Montiel ©Jose Daniel Cabrera Peña
1369 Mar 14

Bataille de Montiel

Montiel, Spain
La bataille de Montiel était une bataille menée le 14 mars 1369 entre les forces franco-castillanes soutenant Henri de Trastámara et les forces grenadines-castillanes soutenant le régnant Pierre de Castille.Les Franco-Castillans ont remporté la victoire en grande partie grâce à la tactique enveloppante de du Guesclin.Après la bataille, Peter s'est enfui au château de Montiel, où il s'est retrouvé piégé.Dans une tentative de soudoyer Bertrand du Guesclin, Peter a été attiré dans un piège à l'extérieur de son refuge du château.Dans la confrontation, son demi-frère Henry a poignardé Peter plusieurs fois.Sa mort le 23 mars 1369 marqua la fin de la guerre civile castillane.Son demi-frère vainqueur est couronné Henri II de Castille.Henry fait du Guesclin duc de Molina et forme une alliance avec le roi de France Charles V. Entre 1370 et 1376, la flotte castillane fournit un soutien naval aux campagnes françaises contre l'Aquitaine et la côte anglaise tandis que du Guesclin reprend le Poitou et la Normandie aux Anglais.
1370 - 1372
Récupération françaiseornament
Siège de Limoges
Siège de Limoges ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1370 Sep 19

Siège de Limoges

Limoges, France
La ville de Limoges avait été sous contrôle anglais mais en août 1370, elle se rendit aux Français, ouvrant ses portes au duc de Berry.Le siège de Limoges a été posé par l'armée anglaise dirigée par Edouard le Prince Noir au cours de la deuxième semaine de septembre.Le 19 septembre, la ville est prise d'assaut, suivie de nombreuses destructions et de la mort de nombreux civils.Le sac a effectivement mis fin à l'industrie de l'émail de Limoges, célèbre dans toute l'Europe, pendant environ un siècle.
Charles V déclare la guerre
La bataille de Pontvallain, d'après un manuscrit enluminé des Chroniques de Froissart ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1370 Dec 4

Charles V déclare la guerre

Pontvallain, France
En 1369, sous prétexte qu'Edouard n'a pas respecté les termes du traité, Charles Quint déclare à nouveau la guerre.En août, une offensive française a tenté de reprendre des châteaux en Normandie.Des hommes qui avaient combattu dans des campagnes anglaises antérieures et qui avaient déjà gagné fortune et renommée ont été convoqués de leur retraite et de nouveaux hommes plus jeunes ont reçu des commandes.Lorsque Charles Quint reprend la guerre, la balance a basculé en sa faveur ;La France restait l'État le plus grand et le plus puissant d'Europe occidentale et l'Angleterre avait perdu ses chefs militaires les plus capables.Edouard III était trop vieux, le Prince Noir invalide, tandis qu'en décembre 1370, Jean Chandos, le sénéchal très expérimenté du Poitou, est tué dans une escarmouche près de Lussac-les-Châteaux.Sur les conseils de Bertrand du Guesclin, nommé connétable de France en novembre 1370, les Français adoptent une stratégie d'attrition.Les Français ont fait des gains territoriaux dans l'ouest, réoccupant la capitale provinciale stratégique de Poitiers et capturant de nombreux châteaux.Les Anglais avaient pillé et brûlé leur chemin à travers le nord de la France de Calais à Paris.Avec l'arrivée de l'hiver, les commandants anglais se sont disputés et ont divisé leur armée en quatre.La bataille consiste en deux combats distincts : l'un à Pontvallain où, après une marche forcée, qui se poursuit pendant la nuit, Guesclin, le nouveau connétable de France, surprend une grande partie des forces anglaises et les anéantit.Lors d'une attaque coordonnée, le subordonné de Guesclin, Louis de Sancerre, a attrapé une petite force anglaise le même jour, dans la ville voisine de Vaas, l'anéantissant également.Les deux sont parfois nommés comme des batailles distinctes.Les Français comptaient 5 200 hommes et la force anglaise était à peu près de la même taille.L'Angleterre a continué à perdre du territoire en Aquitaine jusqu'en 1374, et en perdant des terres, elle a perdu l'allégeance des seigneurs locaux.Pontvallain a mis fin à la stratégie éphémère du roi Édouard consistant à promouvoir une alliance avec Charles, roi de Navarre.Elle marqua également la dernière utilisation de grandes compagnies - de grandes forces de mercenaires - par l'Angleterre en France ;la plupart de leurs chefs d'origine avaient été tués.Les mercenaires étaient toujours considérés comme utiles, mais ils étaient de plus en plus absorbés par les principales armées des deux camps.
Play button
1372 Jun 22 - Jun 23

Fin de la suprématie navale de l'Angleterre

La Rochelle, France
En 1372, le monarque anglais Édouard III planifia une importante campagne en Aquitaine sous le nouveau lieutenant du duché, le comte de Pembroke.La domination anglaise en Aquitaine était alors menacée.Depuis 1370, de grandes parties de la région étaient tombées sous la domination française.En 1372, Bertrand du Guesclin assiège La Rochelle.Pour répondre aux exigences de l'alliance franco-castillane de 1368, le roi de Castille, Henri II de Trastámara, envoie une flotte en Aquitaine sous Ambrosio Boccanegra.John Hastings, 2e comte de Pembroke avait été envoyé dans la ville avec une petite suite de 160 soldats, 12 000 £ et des instructions pour utiliser l'argent pour recruter une armée de 3 000 soldats autour de l'Aquitaine pendant au moins quatre mois.La flotte anglaise se composait probablement de 32 navires et de 17 petites barges d'environ 50 tonnes.La victoire castillane est complète et tout le convoi est capturé.Cette défaite sape le commerce maritime et les approvisionnements anglais et menace leurs possessions gasconnes.La bataille de La Rochelle est la première défaite navale anglaise importante de la guerre de Cent Ans.Les Anglais ont eu besoin d'un an pour reconstruire leur flotte grâce aux efforts de quatorze villes.
Bataille de Chiset
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1373 Mar 21

Bataille de Chiset

Chizé, France
Les Français avaient assiégé la ville et les Anglais ont envoyé une force de secours.Les Français, dirigés par Bertrand du Guesclin, ont rencontré la force de secours et l'ont vaincue.Ce fut la dernière grande bataille de la campagne des Valois pour récupérer le comté de Poitou, qui avait été cédé aux Anglais par le traité de Brétigny en 1360. La victoire française mit fin à la domination anglaise dans la région.
Richard II d'Angleterre
Couronnement de Richard II âgé de dix ans en 1377, extrait du Recueil des croniques de Jean de Wavrin.Bibliothèque britannique, Londres. ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1377 Jun 22

Richard II d'Angleterre

Westminster Abbey, London, UK
Le Prince Noir mourut en 1376 ;en avril 1377, Édouard III envoya son lord chancelier, Adam Houghton, pour négocier avec Charles, qui rentra chez lui quand Édouard lui-même mourut le 21 juin. Il fut remplacé par son petit-fils de dix ans, Richard II, qui succéda au trône d'Angleterre.Il était d'usage de nommer un régent dans le cas d'un enfant monarque, mais aucun régent n'a été nommé pour Richard II, qui a exercé nominalement le pouvoir de la royauté à partir de la date de son accession en 1377. Entre 1377 et 1380, le pouvoir réel était entre les mains. d'une série de conciles.La communauté politique a préféré cela à une régence dirigée par l'oncle du roi, Jean de Gaunt, bien que Gaunt soit resté très influent.Richard a fait face à de nombreux défis pendant son règne, y compris la révolte des paysans dirigée par Wat Tyler en 1381 et une guerre anglo-écossaise en 1384-1385.Ses tentatives de lever des impôts pour payer son aventure écossaise et pour la protection de Calais contre les Français le rendirent de plus en plus impopulaire.
Schisme occidental
Une miniature du XIVe siècle symbolisant le schisme ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1378 Jan 1 - 1417

Schisme occidental

Avignon, France
Le schisme occidental, également appelé schisme papal, l'impasse du Vatican, le grand schisme occidental et le schisme de 1378, était une scission au sein de l'Église catholique d'une durée de 1378 à 1417 au cours de laquelle les évêques résidant à Rome et à Avignon prétendaient tous deux être le vrai pape, rejoint par une troisième lignée de papes pisans en 1409. Le schisme était motivé par des personnalités et des allégeances politiques, la papauté d'Avignon étant étroitement associée à la monarchie française.Ces revendications rivales sur le trône papal ont porté atteinte au prestige de la fonction.
Campagne de Bretagne
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1380 Jul 1 - 1381 Jan

Campagne de Bretagne

Nantes, France
Le comte de Buckingham a commandé une expédition en France pour aider l'allié de l'Angleterre, le duc de Bretagne.Alors que Woodstock faisait marcher ses 5 200 hommes à l'est de Paris, ils furent confrontés à l'armée de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, à Troyes, mais les Français avaient appris de la bataille de Crécy en 1346 et de la bataille de Poitiers en 1356 à ne pas offrir une bataille rangée contre les Anglais alors les forces de Buckingham ont continué une chevauchée et ont assiégé Nantes et son pont vital sur la Loire vers l'Aquitaine.En janvier, cependant, il était devenu évident que le duc de Bretagne s'était réconcilié avec le nouveau roi français Charles VI, et avec l'effondrement de l'alliance et la dysenterie ravageant ses hommes, Woodstock abandonna le siège.
Charles V and du Guesclin dies
Mort de Bertrand du Guesclin, par Jean Fouquet ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1380 Sep 16

Charles V and du Guesclin dies

Toulouse, France
Charles V mourut le 16 septembre 1380 et Du Guesclin mourut de maladie à Châteauneuf-de-Randon lors d'une expédition militaire en Languedoc.La France a perdu son leadership principal et son élan général dans la guerre.Charles VI succéda à son père comme roi de France à l'âge de 11 ans, et il fut ainsi placé sous une régence dirigée par ses oncles, qui réussirent à maintenir une emprise efficace sur les affaires gouvernementales jusqu'en 1388 environ, bien après que Charles eut obtenu la majorité royale.La France étant confrontée à une destruction généralisée, à la peste et à la récession économique, une fiscalité élevée a imposé un lourd fardeau à la paysannerie et aux communautés urbaines françaises.L'effort de guerre contre l'Angleterre dépendait en grande partie de la fiscalité royale, mais la population était de moins en moins disposée à la payer, comme le montreront les révoltes de Harelle et Maillotin en 1382. Charles V avait aboli bon nombre de ces taxes sur son lit de mort, mais des tentatives ultérieures les réintégrer a suscité l'hostilité entre le gouvernement français et la population.
Play button
1381 May 30 - Nov

La rébellion de Wat Tyler

Tower of London, London, UK
La révolte des paysans, également appelée rébellion de Wat Tyler ou le grand soulèvement, fut un soulèvement majeur dans de grandes parties de l'Angleterre en 1381. La révolte avait diverses causes, notamment les tensions socio-économiques et politiques générées par la peste noire dans les années 1340, les impôts élevés résultant du conflit avec la France pendant la guerre de Cent Ans et l'instabilité au sein de la direction locale de Londres.La révolte a fortement influencé le cours de la guerre de Cent Ans , en dissuadant les parlements ultérieurs de lever des impôts supplémentaires pour payer les campagnes militaires en France.
Bataille de Roosebeke
Bataille de Roosebeke. ©Johannot Alfred
1382 Nov 27

Bataille de Roosebeke

Westrozebeke, Staden, Belgium
Philippe le Téméraire avait dirigé le conseil des régents de 1380 à 1388, et gouverné la France pendant les années d'enfance de Charles VI, qui était le neveu de Philippe.Il a déployé l'armée française à Westrozebeke pour réprimer une rébellion flamande dirigée par Philip van Artevelde, qui avait l'intention de se débarrasser de Louis II de Flandre.Philippe II était marié à Marguerite de Flandre, fille de Louis.La bataille de Roosebeke a eu lieu entre une armée flamande sous Philip van Artevelde et une armée française sous Louis II de Flandre qui avait fait appel à l'aide du roi français Charles VI après avoir subi une défaite lors de la bataille de Beverhoutsveld.L'armée flamande a été vaincue, Philip van Artevelde a été tué et son cadavre a été exposé.
Croisade du Despenser
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1382 Dec 1 - 1383 Sep

Croisade du Despenser

Ghent, Belgium
La croisade de Despenser (ou la croisade de l'évêque de Norwich, parfois simplement la croisade de Norwich) était une expédition militaire dirigée par l'évêque anglais Henry le Despenser en 1383 qui visait à aider la ville de Gand dans sa lutte contre les partisans de l'antipape Clément VII.Il a eu lieu pendant le grand schisme papal et la guerre de Cent Ans entre l'Angleterre et la France .Alors que la France soutenait Clément, dont la cour était basée à Avignon, les Anglais soutenaient le pape Urbain VI à Rome.
Invasion anglaise de l'Ecosse
Invasion anglaise de l'Ecosse ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1385 Jul 1

Invasion anglaise de l'Ecosse

Scotland, UK
En juillet 1385, Richard II, roi d'Angleterre, mena une armée anglaise en Écosse.L'invasion était, en partie, des représailles pour les raids frontaliers écossais, mais a été surtout provoquée par l'arrivée d'une armée française en Écosse l'été précédent.L'Angleterre et la France étaient engagées dans la guerre de Cent Ans, et la France et l'Écosse avaient un traité pour se soutenir mutuellement.Le roi d'Angleterre n'avait que récemment atteint la majorité et on s'attendait à ce qu'il joue un rôle martial tout comme son père, Edward le Prince Noir, et son grand-père Edward III l'avaient fait.Il y avait un certain désaccord parmi les dirigeants anglais sur l'opportunité d'envahir la France ou l'Écosse;l'oncle du roi, Jean de Gaunt , était favorable à l'invasion de la France, pour lui procurer un avantage tactique en Castille, où lui-même était techniquement roi par l'intermédiaire de sa femme mais avait du mal à faire valoir sa revendication.Les amis du roi parmi la noblesse - qui étaient aussi les ennemis de Gaunt - préféraient une invasion de l'Écosse.L'année précédente, un parlement avait accordé des fonds pour une campagne continentale et il a été jugé imprudent de bafouer la Chambre des communes.La Couronne pouvait à peine se permettre une grande campagne.Richard convoqua la levée féodale, qui n'avait pas été appelée depuis de nombreuses années ;c'était la dernière fois qu'il devait être convoqué.Richard a promulgué des ordonnances pour maintenir la discipline dans sa force d'invasion, mais la campagne a été en proie à des problèmes dès le début.
Bataille de Margate
Bataille de Margate ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1387 Mar 24 - Mar 25

Bataille de Margate

Margate, UK
En octobre 1386, le soi-disant Parlement merveilleux de Richard II approuva une commission qui commença à rassembler des hommes et des navires pour une descente (assaut amphibie) sur la Flandre.Cela visait à provoquer une insurrection qui remplacerait le gouvernement de Philippe le Hardi par un régime pro-anglais.Le 16 mars, Richard, comte d'Arundel arrive à Sandwich, où il prend le commandement d'une flotte de soixante navires.Le 24 mars 1387, la flotte d'Arundel aperçut une partie d'une flotte française d'environ 250 à 360 navires commandée par Sir Jean de Bucq.Alors que les Anglais attaquaient, un certain nombre de navires flamands désertèrent la flotte et de là une série de batailles commença de Margate dans le chenal vers la côte flamande.Le premier engagement, au large de Margate même, a été la plus grande action et a forcé la flotte alliée à fuir avec la perte de nombreux navires.Margate a été la dernière grande bataille navale de la phase de la guerre de Caroline de la guerre de Cent Ans.Il a détruit la chance de la France d'une invasion de l'Angleterre pendant au moins la prochaine décennie.
Trêve de Leulinghem
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1389 Jul 18

Trêve de Leulinghem

Calais, France
La trêve de Leulinghem était une trêve convenue par le royaume d'Angleterre de Richard II et ses alliés, et le royaume de France de Charles VI et ses alliés, le 18 juillet 1389, mettant fin à la deuxième phase de la guerre de Cent Ans.L'Angleterre était au bord de l'effondrement financier et souffrait de divisions politiques internes.De l'autre côté, Charles VI souffrait d'une maladie mentale qui handicapait la poursuite de la guerre par le gouvernement français.Aucune des deux parties n'était disposée à concéder la cause première de la guerre, le statut juridique du duché d'Aquitaine et l'hommage du roi d'Angleterre au roi de France à travers sa possession du duché.Cependant, les deux parties étaient confrontées à des problèmes internes majeurs qui pourraient gravement endommager leurs royaumes si la guerre se poursuivait.La trêve a été initialement négociée par des représentants des rois pour durer trois ans, mais les deux rois se sont rencontrés en personne à Leulinghem, près de la forteresse anglaise de Calais, et ont convenu de prolonger la trêve à vingt-sept ans.Principales conclusions:Croisade conjointe contre les TurcsSoutien anglais au plan français pour mettre fin au schisme pontificalAlliance de mariage entre l'Angleterre et la FrancePaix à la péninsule ibériqueLes Anglais évacuent toutes leurs possessions du nord de la France à l'exception de Calais.
1389 - 1415
Deuxième paixornament
Guerre civile Armagnac-Bourgogne
L'assassinat de Louis Ier, duc d'Orléans à Paris en novembre 1407 ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1407 Nov 23 - 1435 Sep 21

Guerre civile Armagnac-Bourgogne

France
Le 23 novembre 1407, Louis, duc d'Orléans, frère du roi Charles VI, est assassiné par des assassins masqués au service de Jean sans Peur à l'hôtel Barbette de la rue Vieille-du-Temple, àParis .La guerre civile Armagnac-Bourgogne était un conflit entre deux branches cadettes de la famille royale française - la maison d'Orléans (faction Armagnac) et la maison de Bourgogne (faction bourguignonne) de 1407 à 1435. Elle a commencé pendant une accalmie dans les Cent Ans ' Guerre contre les Anglais et chevauchée avec le schisme occidental de la papauté.La guerre civile française commence.Les causes de la guerre trouvent leurs racines dans le règne de Charles VI de France (fils aîné et successeur de Charles V) et dans une confrontation entre deux systèmes économiques, sociaux et religieux différents.D'un côté la France, très forte en agriculture, avec un système féodal et religieux fort, et de l'autre l'Angleterre, un pays dont le climat pluvieux favorisait les pâturages et l'élevage des moutons et où les artisans, la bourgeoisie et les villes étaient importants.Les Bourguignons sont favorables au modèle anglais (d'autant plus que le comté de Flandre, dont les drapiers sont le principal débouché de la laine anglaise, appartient au duc de Bourgogne), tandis que les Armagnacs défendent le modèle français.De la même manière, le schisme d'Occident a induit l'élection d'un antipape soutenu par les Armagnacs basé à Avignon, le pape Clément VII, opposé par le pape soutenu par les Anglais de Rome, le pape Urbain VI.
1415
L'Angleterre reprend la guerreornament
Guerre de Lancastre
Guerre de Lancastre ©Darren Tan
1415 Jan 1 - 1453

Guerre de Lancastre

France
La guerre de Lancastre était la troisième et dernière phase de la guerre anglo-française de Cent Ans.Elle dura de 1415, lorsque le roi Henri V d'Angleterre envahit la Normandie, à 1453, lorsque les Anglais perdirent Bordeaux.Il a suivi une longue période de paix depuis la fin de la guerre de Caroline en 1389. La phase a été nommée d'après la maison de Lancaster, la maison régnante du royaume d'Angleterre , à laquelle appartenait Henri V.Henri V d'Angleterre a affirmé une revendication d'héritage par la lignée féminine, avec une agence et un héritage féminins reconnus par le droit anglais mais interdits en France par la loi salique des Francs saliens .La première moitié de cette phase de la guerre a été dominée par le Royaume d'Angleterre.Les premiers succès anglais, notamment lors de la célèbre bataille d'Azincourt, couplés aux divisions au sein de la classe dirigeante française, ont permis aux Anglais de prendre le contrôle de grandes parties de la France.La seconde moitié de cette phase de la guerre est dominée par le Royaume de France .Les forces françaises contre-attaquent, inspirées par Jeanne d'Arc, La Hire et le comte de Dunois, et aidées par la perte anglaise de ses principaux alliés, les ducs de Bourgogne et de Bretagne.
Play button
1415 Aug 18 - Sep 22

Siège d'Harfleur

Harfleur, France
Henri V d'Angleterre envahit la France suite à l'échec des négociations avec les Français.Il revendiquait le titre de roi de France par l'intermédiaire de son arrière-grand-père Édouard III, bien qu'en pratique les rois anglais étaient généralement prêts à renoncer à cette revendication si les Français reconnaissaient la revendication anglaise sur l'Aquitaine et d'autres terres françaises (les termes du traité de Brétigny).En 1415, les négociations s'étaient arrêtées, les Anglais affirmant que les Français s'étaient moqués de leurs prétentions et avaient ridiculisé Henry lui-même.En décembre 1414, le Parlement anglais fut persuadé d'accorder à Henry une "double subvention", un impôt au double du taux traditionnel, pour récupérer son héritage des Français.Le 19 avril 1415, Henry demanda à nouveau au grand conseil de sanctionner la guerre avec la France, et cette fois ils acceptèrent.Le mardi 13 août 1415, Henri débarque à Chef-en-Caux dans l'estuaire de la Seine.Puis il attaqua Harfleur avec au moins 2 300 hommes d'armes et 9 000 archers.Les défenseurs d'Harfleur se sont rendus aux Anglais sous conditions et ont été traités comme des prisonniers de guerre.L'armée anglaise a été considérablement réduite par les pertes et une épidémie de dysenterie pendant le siège, mais a marché vers Calais, laissant une garnison au port.
Play button
1415 Oct 25

Bataille d'Azincourt

Azincourt, France
Après avoir pris Harfleur, Henri V a marché vers le nord, les Français se sont déplacés pour les bloquer le long de la rivière Somme.Ils ont réussi pendant un certain temps, obligeant Henry à se déplacer vers le sud, loin de Calais, pour trouver un gué.Les Anglais traversent finalement la Somme au sud de Péronne, à Béthencourt et Voyennes et reprennent leur marche vers le nord.Le 24 octobre, les deux armées se sont affrontées pour la bataille, mais les Français ont refusé, espérant l'arrivée de plus de troupes.Les deux armées passent la nuit du 24 octobre en terrain découvert.Le lendemain, les Français entament des négociations comme tactique dilatoire, mais Henri ordonne à son armée d'avancer et de commencer une bataille que, compte tenu de l'état de son armée, il aurait préféré éviter, ou combattre défensivement.Le roi Henri V d'Angleterre a mené ses troupes au combat et a participé à des combats au corps à corps.Le roi Charles VI de France n'a pas commandé l'armée française car il souffrait de maladies psychotiques et d'incapacité mentale associée.Les Français étaient commandés par le gendarme Charles d'Albret et divers nobles français éminents du parti Armagnac.Bien que la victoire ait été décisive sur le plan militaire, son impact a été complexe.Cela n'a pas conduit à de nouvelles conquêtes anglaises immédiatement car la priorité d'Henry était de retourner en Angleterre, ce qu'il a fait le 16 novembre, pour être reçu en triomphe à Londres le 23.Très vite après la bataille, la fragile trêve entre les factions Armagnac et Bourguignonne rompt.
Bataille de Valmont
©Graham Turner
1416 Mar 9 - Mar 11

Bataille de Valmont

Valmont, Seine-Maritime, Franc
Une force de raid sous Thomas Beaufort, comte de Dorset, a été confrontée à une armée française plus importante sous Bernard VII, comte d'Armagnac à Valmont.L'action initiale est allée contre les Anglais, qui ont perdu leurs chevaux et leurs bagages.Ils ont réussi à se rallier et à se retirer en bon ordre à Harfleur, pour découvrir que les Français les avaient coupés.Une deuxième action eut alors lieu, au cours de laquelle l'armée française fut vaincue à l'aide d'une sortie de la garnison anglaise de Harfleur.L'action initiale près de ValmontDorset a participé à son raid le 9 mars.Il pille et brûle plusieurs villages, atteignant jusqu'à Cany-Barville.Les Anglais rentrèrent alors chez eux.Ils sont interceptés près de Valmont par les Français.Les Anglais ont eu le temps de former une ligne de combat, plaçant leurs chevaux et leurs bagages à l'arrière, avant que les Français ne lancent une attaque montée.La cavalerie française a percé la fine ligne anglaise mais, au lieu de se retourner pour achever les Anglais, a chargé de piller les bagages et de voler des chevaux.Cela a permis à Dorset, qui avait été blessé, de rallier ses hommes et de les conduire dans un petit jardin de haies à proximité, qu'ils ont défendu jusqu'à la tombée de la nuit.Les Français se sont retirés à Valmont pour la nuit, plutôt que de rester sur le terrain, ce qui a permis à Dorset d'emmener ses hommes sous le couvert de l'obscurité pour se réfugier dans les bois aux Loges.Les pertes anglaises à ce stade de la bataille ont été estimées à 160 tués.La deuxième action près de HarfleurLe lendemain, les Anglais se dirigent vers la côte.Ils descendirent sur la plage et commencèrent la longue marche à travers les galets jusqu'à Harfleur.Cependant, alors qu'ils s'approchaient de Harfleur, ils virent qu'une force française les attendait sur les falaises au-dessus.Les Anglais se sont déployés en ligne et les Français ont attaqué en bas de la pente raide.Les Français ont été désordonnés par la descente et ont été vaincus, laissant de nombreux morts.Alors que les Anglais pillaient les cadavres, la principale armée française arriva.Cette force n'a pas attaqué, se formant plutôt sur les hauteurs, forçant les Anglais à attaquer.Ce qu'ils ont fait avec succès, forçant les Français à reculer.Les Français en retraite se sont alors retrouvés attaqués de flanc par la garnison en sortie d'Harfleur et la retraite s'est transformée en déroute.Les Français auraient perdu 200 hommes tués et 800 capturés dans cette action.D'Armagnac a ensuite fait pendre 50 autres personnes pour avoir fui la bataille.
Siège de Caen
Siège de Caen ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1417 Aug 14 - Sep 20

Siège de Caen

Caen, France
Après sa victoire à Azincourt en 1415, Henry était retourné en Angleterre et avait mené une deuxième force d'invasion à travers la Manche.Caen était une grande ville du duché de Normandie, territoire historique anglais.À la suite d'un bombardement à grande échelle, l'assaut initial d'Henry est repoussé, mais son frère Thomas, duc de Clarence, parvient à forcer une brèche et à envahir la ville.Le château a tenu jusqu'au 20 septembre avant de se rendre.Au cours du siège, un chevalier anglais, Sir Edward Sprenghose, réussit à escalader les murs, pour être brûlé vif par les défenseurs de la ville.Thomas Walsingham a écrit que c'était l'un des facteurs de la violence avec laquelle la ville capturée a été saccagée par les Anglais.Pendant le sac sur ordre d'Henri V, les 1800 hommes de la ville capturée ont été tués, mais les prêtres et les femmes ne devaient pas être blessés.Caen est restée aux mains des Anglais jusqu'en 1450, date à laquelle elle a été reprise lors de la reconquête française de la Normandie à la fin de la guerre.
Siège de Rouen
Siège de Rouen ©Graham Turner
1418 Jul 29 - 1419 Jan 19

Siège de Rouen

Rouen, France
Lorsque les Anglais atteignent Rouen, les murs sont défendus par 60 tours contenant chacune trois canons et 6 portes protégées par des barbacanes.La garnison de Rouen avait été renforcée par 4 000 hommes et il y avait quelque 16 000 civils prêts à endurer un siège.La défense était bordée par une armée d'arbalétriers sous le commandement d'Alain Blanchard, commandant des arbalétriers, et commandant en second de Guy le Bouteiller, capitaine bourguignon et commandant en chef.Pour assiéger la ville, Henry décida de mettre en place quatre camps fortifiés et de barricader la Seine avec des chaînes de fer, entourant complètement la ville, les Anglais ayant l'intention d'affamer les défenseurs.Le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, s'était emparéde Paris mais n'essaya pas de sauver Rouen et conseilla aux citoyens de prendre soin d'eux.En décembre, les habitants mangeaient des chats, des chiens, des chevaux et même des souris.Les rues étaient remplies de citoyens affamés.Malgré plusieurs sorties menées par la garnison française, cet état de choses perdure.Les Français capitulent le 19 janvier.Henry prend ensuite toute la Normandie, à l'exception du Mont-Saint-Michel qui résiste au blocus.Rouen est devenue la principale base anglaise dans le nord de la France, permettant à Henry de lancer des campagnes sur Paris et plus au sud dans le pays.
Duc de Bourgogne assassiné
Miniature représentant l'assassinat de Jean sans Peur sur le pont de Montereau, peinte par le maître des livres de prières ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1419 Sep 10

Duc de Bourgogne assassiné

Montereau-Fault-Yonne, France
En raison de la défaite fracassante d'Azincourt, les troupes de Jean sans Peur entreprennent de prendreParis .Le 30 mai 1418, il s'empare de la ville, mais pas avant que le nouveau Dauphin, le futur Charles VII de France, ne se soit échappé.Jean s'installe alors à Paris et se fait protecteur du Roi.Bien que n'étant pas un allié ouvert des Anglais, Jean ne fit rien pour empêcher la reddition de Rouen en 1419. Avec tout le nord de la France aux mains des Anglais et Paris occupé par la Bourgogne, le Dauphin tenta de se réconcilier avec Jean.Ils se sont rencontrés en juillet et se sont juré la paix sur le pont de Pouilly, près de Melun.Au motif que la paix n'était pas suffisamment assurée par la rencontre de Pouilly, une nouvelle entrevue fut proposée par le Dauphin pour avoir lieu le 10 septembre 1419 sur le pont de Montereau.Jean de Bourgogne était présent avec son escorte pour ce qu'il considérait comme une rencontre diplomatique.Il fut cependant assassiné par les compagnons du Dauphin.Il est ensuite inhumé à Dijon.Suite à cela, son fils et successeur Philippe le Bon a formé une alliance avec les Anglais, ce qui prolongerait la guerre de Cent Ans pendant des décennies et causerait des dommages incalculables à la France et à ses sujets.
Traité de Troyes
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1420 May 21

Traité de Troyes

Troyes, France
Le traité de Troyes était un accord selon lequel le roi Henri V d'Angleterre et ses héritiers hériteraient du trône de France à la mort du roi Charles VI de France.Il a été officiellement signé dans la ville française de Troyes le 21 mai 1420 à la suite de la campagne militaire réussie d'Henri en France.La même année, Henri épouse Catherine de Valois, fille de Charles VI, et leur héritière héritera des deux royaumes.Le Dauphin, Charles VII est déclaré illégitime.
Bataille de Baugé
©Graham Turner
1421 Mar 22

Bataille de Baugé

Baugé, Baugé-en-Anjou, France
Une armée écossaise fut assemblée sous la direction de John, comte de Buchan, et d'Archibald, comte de Wigtown, et de la fin de 1419 à 1421, l'armée écossaise devint le pilier de la défense du Dauphin de la basse vallée de la Loire.Quand Henry retourna en Angleterre en 1421, il laissa son héritier présomptif, Thomas, duc de Clarence, en charge de l'armée restante.Suivant les instructions du roi, Clarence mena 4000 hommes dans des raids à travers les provinces d'Anjou et du Maine.Cette chevauchée rencontra peu de résistance et, le vendredi saint 21 mars, l'armée anglaise avait établi son camp près de la petite ville de Vieil-Baugé.L'armée franco-écossaise d'environ 5000 hommes arrive également dans la région du Vieil-Baugé pour bloquer la progression de l'armée anglaise.Il existe plusieurs récits de la bataille de Baugé ;ils peuvent varier dans le détail ;cependant, la plupart conviennent que le principal facteur de la victoire franco-écossaise a été la témérité du duc de Clarence.Il semble que Clarence n'ait pas réalisé à quel point l'armée franco-écossaise était importante car il a décidé de s'appuyer sur l'élément de surprise et d'attaquer immédiatement.La bataille s'est terminée par une défaite majeure pour les Anglais.
Siege of Meaux
©Graham Turner
1421 Oct 6 - 1422 May 10

Siege of Meaux

Meaux, France
C'est alors qu'Henri se trouve dans le nord de l'Angleterre qu'il est informé du désastre de Baugé et de la mort de son frère.Il est dit, par des contemporains, avoir supporté la nouvelle vaillamment.Henry est revenu en France avec une armée de 4 000 à 5 000 hommes.Il arrive à Calais le 10 juin 1421 et il part immédiatement pour relever le duc d'Exeter à Paris.La capitale est menacée par les forces françaises basées à Dreux, Meaux et Joigny.Le roi assiégea et captura Dreux assez facilement, puis il se dirigea vers le sud, capturant Vendôme et Beaugency avant de marcher sur Orléans.Il n'avait pas suffisamment de ravitaillement pour assiéger une ville aussi grande et bien défendue, alors après trois jours, il se dirigea vers le nord pour capturer Villeneuve-le-Roy.Ceci accompli, Henri marche sur Meaux avec une armée de plus de 20 000 hommes. La défense de la ville est menée par le Bâtard de Vaurus, cruel et diabolique de l'avis de tous, mais brave commandant tout de même.Le siège commença le 6 octobre 1421, l'exploitation minière et les bombardements firent bientôt tomber les murs.Les pertes commençaient à s'accumuler dans l'armée anglaise.Alors que le siège se poursuivait, Henry lui-même tomba malade, bien qu'il refusa de partir jusqu'à ce que le siège soit terminé.Le 9 mai 1422, la ville de Meaux se rend, mais la garnison tient bon.Sous les bombardements continus, la garnison cède également le 10 mai, après un siège de sept mois.
Mort d'Henri V
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1422 Aug 31

Mort d'Henri V

Château de Vincennes, Vincenne
Henri V meurt le 31 août 1422, au château de Vincennes.Il avait été affaibli par la dysenterie, contractée pendant le siège de Meaux, et avait dû être transporté en litière vers la fin de son voyage.Un facteur contributif possible est le coup de chaleur;le dernier jour où il était actif, il avait roulé en armure complète dans une chaleur torride.Il avait 35 ans et avait régné pendant neuf ans.Peu de temps avant sa mort, Henri V nomma son frère, Jean, duc de Bedford, régent de France au nom de son fils, Henri VI d'Angleterre, alors âgé de quelques mois seulement.Henri V n'a pas vécu pour être lui-même couronné roi de France, comme il aurait pu s'y attendre avec confiance après le traité de Troyes, car Charles VI, dont il avait été nommé héritier, lui a survécu deux mois.
Bataille de Cravant
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1423 Jul 31

Bataille de Cravant

Cravant, France
Au début de l'été 1423, le dauphin français Charles rassembla une armée à Bourges dans l'intention d'envahir le territoire bourguignon.Cette armée française contenait un grand nombre d'Écossais sous Sir John Stewart de Darnley, qui commandait l'ensemble de la force mixte, ainsi que des mercenaires espagnols et lombards.Cette armée assiège la ville de Cravant.La garnison de Cravant a demandé l'aide de la duchesse douairière de Bourgogne, qui a levé des troupes et à son tour a demandé le soutien des alliés anglais de Bourgogne, qui était à venir.Les deux armées alliées, l'une anglaise, l'autre bourguignonne, se donnent rendez-vous à Auxerre le 29 juillet.En s'approchant de la ville de l'autre côté du fleuve, les alliés virent que l'armée française avait changé de position et les attendait maintenant sur l'autre rive.Pendant trois heures, les forces se sont observées, aucune ne voulant tenter une traversée de rivière opposée.Finalement, les archers écossais ont commencé à tirer dans les rangs alliés.L'artillerie alliée réplique, appuyée par ses propres archers et arbalétriers.Voyant les Dauphinistes subir des pertes et devenir désordonnés, Salisbury prend l'initiative et son armée commence à traverser la rivière à hauteur de taille, large d'environ 50 mètres, sous un barrage de flèches des archers anglais.Les Français ont commencé à se retirer, mais les Écossais ont refusé de fuir et ont continué à se battre, pour être abattus par centaines.Peut-être 1 200 à 3 000 d'entre eux sont tombés à la tête de pont ou le long des berges, et plus de 2 000 prisonniers ont été faits.Les forces du Dauphin se replient sur la Loire.
Bataille de La Brossinière
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1423 Sep 26

Bataille de La Brossinière

Bourgon, France
En septembre 1423, Jean de la Pole quitte la Normandie avec 2000 soldats et 800 archers pour aller razzier dans le Maine et l'Anjou.Il s'empara de Segré, y rassembla un énorme butin et un troupeau de 1 200 taureaux et vaches, avant de repartir en Normandie, prenant des otages au passage.Pendant la bataille, les Anglais, munis d'un long train de bagages mais marchant en bon ordre, placèrent de grands pieux derrière lesquels ils pouvaient se retirer en cas d'attaque de cavalerie.L'infanterie s'est déplacée vers l'avant et le convoi de charrettes et de troupes a fermé la route à l'arrière.Trémigon, Loré et Coulonges voulaient tenter une attaque sur les défenses, mais elles étaient trop fortes ;ils se retournèrent et attaquèrent les Anglais par le flanc, qui furent brisés et acculés contre un grand fossé, perdant leur ordre.Les fantassins avancèrent alors et combattirent au corps à corps.Les Anglais n'ont pas pu résister longtemps à l'attaque.Le résultat fut une boucherie dans laquelle 1 200 à 1 400 hommes des forces anglaises périrent sur le terrain, avec 2 à 300 tués dans la poursuite.
Le duc de Gloucester envahit la Hollande
©Osprey Publishing
1424 Jan 1

Le duc de Gloucester envahit la Hollande

Netherlands
L'un des régents d'Henri VI, Humphrey, duc de Gloucester, épouse Jacqueline, comtesse de Hainaut, et envahit la Hollande pour regagner ses anciens dominions, le mettant en conflit direct avec Philippe III, duc de Bourgogne.En 1424, Jaqueline et Humphrey avaient débarqué avec les forces anglaises et avaient rapidement envahi le Hainaut.La mort de Jean de Bavière en janvier 1425 a conduit à une courte campagne des forces bourguignonnes à la poursuite de la revendication de Philippe et les Anglais ont été évincés.Jaqueline avait mis fin à la guerre sous la garde de Philippe mais en septembre 1425 s'échappa à Gouda, où elle fit de nouveau valoir ses droits.En tant que chef des Hooks, elle tirait l'essentiel de son soutien de la petite noblesse et des petites villes.Ses adversaires, les Cods, étaient en grande partie issus des bourgeois des villes, dont Rotterdam et Dordrecht.
Play button
1424 Aug 17

Bataille de Verneuil

Verneuil-sur-Avre, Verneuil d'
En août, la nouvelle armée franco-écossaise se prépare à entrer en action pour relever la forteresse d'Ivry, assiégée par le duc de Bedford.Le 15 août, Bedford apprit que Verneuil était aux mains des Français et s'y rendit aussi vite qu'il le put.Alors qu'il s'approchait de la ville deux jours plus tard, les Écossais persuadèrent leurs camarades français de prendre position.La bataille a commencé par un court échange de tir à l'arc entre les archers anglais et les archers écossais, après quoi une force de 2 000 cavaliers lourds milanais du côté français a monté une charge de cavalerie qui a balayé le barrage de flèches anglais inefficace et les piquets d'archer en bois, a pénétré la formation de l'anglais hommes d'armes et dispersé une aile de leurs archers longs.Combattant à pied, les hommes d'armes anglo-normands et franco-écossais bien armés se sont affrontés à découvert dans un corps à corps féroce qui a duré environ 45 minutes.Les archers anglais se sont reformés et ont rejoint la lutte.Les hommes d'armes français ont finalement éclaté et ont été massacrés, les Écossais en particulier ne recevant aucun quartier des Anglais.Le résultat de la bataille fut de détruire virtuellement l'armée de campagne du Dauphin.Après Verneuil, les Anglais purent consolider leur position en Normandie.L'armée d'Écosse en tant qu'unité distincte a cessé de jouer un rôle important dans la guerre de Cent Ans, bien que de nombreux Écossais soient restés au service de la France.
Bataille de Brouwershaven
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1426 Jan 13

Bataille de Brouwershaven

Brouwershaven, Netherlands
Jaqueline a demandé le soutien de son mari Humphrey, qui était en Angleterre, et il s'est mis à lever une force de 1500 soldats anglais pour la renforcer, dirigée par Walter FitzWalter, 7e baron FitzWalter.Entre-temps, l'armée de Jaqueline avait vaincu une force bourguignonne de la milice de la ville à la bataille d'Alphen le 22 octobre 1425. Le duc Philippe avait été averti à maintes reprises de l'assemblée de la force anglaise et avait levé une flotte pour les intercepter en mer.Bien qu'il ait réussi à attraper une petite partie de la force anglaise, composée de 300 hommes, la plupart des forces anglaises ont touché terre au port de Brouwershaven, où ils ont rencontré leurs alliés zélandais.Les forces Zeelander ont permis à leurs adversaires de débarquer sans opposition depuis des bateaux, espérant peut-être un triomphe semblable à Azincourt avec l'aide de leurs alliés anglais.Cependant, alors que les Bourguignons débarquaient encore, les Anglais menèrent une attaque, avançant en bon ordre, poussant un grand cri et soufflant des trompettes.Les troupes anglaises sont bombardées d'une canonnade et d'une volée d'arbalètes de la milice.Les archers anglais bien disciplinés ont tenu bon, puis ont riposté avec leurs arcs longs, dispersant rapidement les arbalétriers dans le désarroi.Les chevaliers bourguignons bien armés et tout aussi disciplinés s'avancèrent alors et vinrent aux prises avec les hommes d'armes anglais.Incapables de résister à l'attaque féroce des chevaliers, les hommes d'armes et les archers anglais ont été poussés sur une digue et ont été pratiquement anéantis.La perte a été dévastatrice pour la cause de Jacqueline.
Bataille de St James
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1426 Feb 27 - Mar 6

Bataille de St James

Saint-James, Normandy, France
À la fin de 1425, Jean, duc de Bretagne, avait changé son allégeance des Anglais à Charles le dauphin.En représailles, Sir Thomas Rempston envahit le duché avec une petite armée en janvier 1426, pénétrant dans la capitale, Rennes, avant de se replier à Saint-James-de-Beuvron sur la frontière normande.Le frère du duc de Bretagne, Arthur de Richemont, nouvellement nommé connétable de France, se précipita au secours de son frère.Richemont leva à la hâte une armée à travers la Bretagne en février et rassembla ses forces à Antrain.La force bretonne nouvellement rassemblée a d'abord capturé Pontorson, exécutant tous les défenseurs anglais survivants et détruisant entièrement le mur après avoir pris la ville.Fin février, l'armée de Richemont marche alors sur Saint-Jacques.Rempston était largement en infériorité numérique, avec 600 hommes pour la horde féodale de Richemont de 16 000.Richemont hésitait à lancer un assaut complet avec des troupes d'aussi mauvaise qualité.Après avoir tenu un conseil de guerre avec ses officiers, il décide de prendre d'assaut les murs par les deux brèches.Le 6 mars, les Français attaquent en force.Toute la journée, les troupes de Rempston ont tenu les brèches, mais il n'y a pas eu de répit dans l'assaut du constable.Les défenseurs anglais ont profité de la panique qui s'est ensuivie parmi la milice bretonne en grande partie mal entraînée pour infliger de lourdes pertes aux troupes bretonnes en fuite.Au cours de la retraite chaotique, des centaines d'hommes se sont noyés en traversant la rivière voisine tandis que de nombreux autres sont tombés sous les carreaux mortels des arbalètes des défenseurs.
1428
Jeanne d'Arcornament
Play button
1428 Oct 12 - 1429 May 8

Siège d'Orléans

Orléans, France
En 1428, les Anglais assiègent Orléans, l'une des villes les plus défendues d'Europe, avec plus de canons que les Français.Cependant, l'un des canons français a réussi à tuer le commandant anglais, le comte de Salisbury.La force anglaise a maintenu plusieurs petites forteresses autour de la ville, concentrées dans des zones où les Français pouvaient transporter des fournitures dans la ville.Charles VII rencontra Jeanne pour la première fois à la cour royale de Chinon fin février ou début mars 1429, alors qu'elle avait dix-sept ans et lui vingt-six.Elle lui dit qu'elle était venue lever le siège d'Orléans et le conduire à Reims pour son sacre.Le dauphin lui a commandé une armure de plaques.Elle conçoit sa propre bannière et se fait apporter une épée de sous l'autel de l'église de Sainte-Catherine-de-Fierbois.Avant l'arrivée de Jeanne à Chinon, la situation stratégique de l'Armagnac était mauvaise mais pas désespérée.Les forces d'Armagnac étaient prêtes à endurer un siège prolongé à Orléans, les Bourguignons s'étaient récemment retirés du siège en raison de désaccords sur le territoire, et les Anglais débattaient de l'opportunité de continuer.Pourtant, après presque un siècle de guerre, les Armagnacs sont démoralisés.Une fois que Jeanne a rejoint la cause du Dauphin, sa personnalité a commencé à élever leurs esprits en inspirant la dévotion et l'espoir de l'assistance divine et ils ont attaqué les redoutes anglaises, forçant les Anglais à lever le siège.
Bataille des harengs
©Darren Tan
1429 Feb 12

Bataille des harengs

Rouvray-Saint-Denis, France
La cause immédiate de la bataille était une tentative des forces françaises et écossaises, dirigées par Charles de Bourbon et Sir John Stewart de Darnley, d'intercepter un convoi de ravitaillement à destination de l'armée anglaise à Orléans.Les Anglais assiègent la ville depuis le mois d'octobre précédent.Ce convoi de ravitaillement était escorté par une force anglaise sous Sir John Fastolf et avait été équipé à Paris, d'où il était parti quelque temps auparavant.La bataille a été remportée de manière décisive par les Anglais.
Campagne de la Loire
©Graham Turner
1429 Jun 11 - Jun 12

Campagne de la Loire

Jargeau, France
La campagne de la Loire est une campagne lancée par Jeanne d'Arc pendant la guerre de Cent Ans.La Loire est débarrassée de toutes les troupes anglaises et bourguignonnes.Jeanne et Jean II, duc d'Alençon ont marché pour capturer Jargeau au comte de Suffolk.Les Anglais avaient 700 hommes pour faire face à 1 200 Français.Puis, une bataille a commencé avec un assaut français sur les faubourgs.Les défenseurs anglais ont quitté les murs de la ville et les Français se sont repliés.Jeanne d'Arc a utilisé son étendard pour commencer un rallye français.Les Anglais se replient sur les murs de la ville et les Français logent dans les faubourgs pour la nuit.Jeanne d'Arc a lancé un assaut sur les murs de la ville, survivant à un projectile de pierre qui s'est fendu en deux contre son casque alors qu'elle escaladait une échelle d'escalade.Les Anglais subirent de lourdes pertes.La plupart des estimations placent le nombre entre 300 et 400 sur quelque 700 combattants.Suffolk est devenu prisonnier.
Battle of Meung-sur-Loire
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1429 Jun 15

Battle of Meung-sur-Loire

Meung-sur-Loire, France
Après la bataille de Jargeau, Jeanne déplace son armée à Meung-sur-Loire.Là, elle a décidé de lancer un assaut.Les défenses anglaises à Meung-sur-Loire se composaient de trois éléments : la ville fortifiée, la fortification au pont et un grand château fortifié juste à l'extérieur de la ville.Le château a servi de quartier général au commandement anglais de John, Lord Talbot et Thomas, Lord Scales.Jeanne d'Arc et le duc Jean II d'Alençon contrôlaient une force qui comprenait les capitaines Jean d'Orléans, Gilles de Rais, Jean Poton de Xaintrailles et La Hire.Les estimations de la force numérique varient avec le Journal du Siège d'Orléans citant 6000 - 7000 pour les Français.Un nombre aussi élevé compte probablement des non-combattants.Les effectifs de la force anglaise restent incertains, mais inférieurs à ceux de la force française.Ils étaient dirigés par Lord Talbot et Lord Scales.Contournant la ville et le château, ils lancent un assaut frontal sur les fortifications du pont, le conquièrent en une journée et y installent une garnison.Cela a entravé le mouvement anglais au sud de la Loire.
Bataille de Beaugency
©Graham Turner
1429 Jun 16 - Jun 17

Bataille de Beaugency

Beaugency, France
Joan a lancé une attaque sur Beaugency.Jeanne d'Arc et le duc Jean II d'Alençon contrôlaient une force qui comprenait les capitaines Jean d'Orléans, Gilles de Rais, Jean Poton de Xaintrailles et La Hire.John Talbot menait la défense anglaise.Rompant avec la coutume de la guerre de siège, l'armée française a suivi la prise du pont de Meung-sur-Loire le 15 juin non pas par une attaque contre cette ville ou son château mais par un assaut sur Beaugency voisin le lendemain.Contrairement à Meung-sur-Loire, le principal bastion de Beaugency se trouvait à l'intérieur des murs de la ville.Au cours de la première journée de combat, les Anglais abandonnèrent la ville et se retirèrent dans le château.Les Français ont bombardé le château avec des tirs d'artillerie.Ce soir-là, de Richemont et sa force sont arrivés.Apprenant la nouvelle d'une force de secours anglaise venant de Paris sous Sir John Fastolf, d'Alençon négocia la reddition anglaise et leur accorda un sauf-conduit hors de Beaugency.
Bataille des morts
Bataille des morts ©Graham Turner
1429 Jun 18

Bataille des morts

Patay, Loiret, France
Une armée de renfort anglais sous Sir John Fastolf a quitté Paris après la défaite à Orléans.Les Français s'étaient déplacés rapidement, capturant trois ponts et acceptant la reddition anglaise à Beaugency la veille de l'arrivée de l'armée de Fastolf.Les Français, convaincus qu'ils ne pourraient pas vaincre une armée anglaise entièrement préparée dans une bataille ouverte, ont parcouru la région dans l'espoir de trouver les Anglais non préparés et vulnérables.Les Anglais excellaient dans les batailles ouvertes ;ils ont pris une position dont l'emplacement exact est inconnu mais traditionnellement considéré comme près du petit village de Patay.Fastolf, John Talbot et Sir Thomas de Scales commandaient les Anglais.En apprenant la nouvelle de la position anglaise, environ 1 500 hommes commandés par les capitaines La Hire et Jean Poton de Xaintrailles, composant l'avant-garde de cavalerie lourdement armée et blindée de l'armée française, attaquèrent les Anglais.La bataille s'est rapidement transformée en déroute, tous les Anglais à cheval s'enfuyant tandis que l'infanterie, principalement composée d'archers longs, était abattue en masse.Les archers longs n'ont jamais été destinés à combattre des chevaliers en armure sans soutien, sauf à partir de positions préparées où les chevaliers ne pouvaient pas les charger, et ils ont été massacrés.Pour une fois, la tactique française d'un grand assaut frontal de cavalerie avait réussi, avec des résultats décisifs.Dans la campagne de la Loire, Jeanne avait remporté une grande victoire sur les Anglais à toutes les batailles et les avait chassés de la Loire, et avait renvoyé Fastolf à Paris d'où il était parti.
Jeanne d'Arc capturée et exécutée
Jeanne capturée par les Bourguignons à Compiègne. ©Osprey Publishing
1430 May 23

Jeanne d'Arc capturée et exécutée

Compiègne, France
Joan s'est rendue à Compiègne en mai suivant pour aider à défendre la ville contre un siège anglais et bourguignon.Le 23 mai 1430, elle était avec une force qui a tenté d'attaquer le camp bourguignon de Margny au nord de Compiègne, mais a été prise en embuscade et capturée.Jeanne est emprisonnée par les Bourguignons au château de Beaurevoir.Elle a fait plusieurs tentatives d'évasion.Les Anglais ont négocié avec leurs alliés bourguignons pour la transférer sous leur garde.Les Anglais ont déplacé Joan dans la ville de Rouen, qui leur a servi de quartier général principal en France.Les Armagnacs tentent à plusieurs reprises de la secourir en lançant des campagnes militaires vers Rouen alors qu'elle y est détenue.Elle a été exécutée par incendie le 30 mai 1431.
1435
Défection de Bourgogneornament
Bataille de Gerberoy
©Graham Turner
1435 May 9

Bataille de Gerberoy

Gerberoy, France
Au cours de l'année 1434, le roi de France Charles VII augmenta le contrôle sur les territoires au nord de Paris, y compris Soissons, Compiègne, Senlis et Beauvais.De par sa position, Gerberoy apparaissait comme un bon avant-poste pour menacer la Normandie occupée par les Anglais et encore plus fort pour protéger la voisine Beauvais d'une éventuelle reconquête.Le comte d'Arundel est apparu le 9 mai devant Gerberoy avec une avant-garde probablement composée de quelques chevaliers et s'est retiré après une brève observation de la vallée, attendant l'arrivée de la principale force anglaise.Une colonne de cavalerie française sous La Hire quitte la ville et contourne la position de l'avant-garde anglaise pour lancer une attaque surprise sur les Anglais, alors qu'ils marchent le long de la route de Gournay.La cavalerie française est arrivée sans être détectée dans un endroit appelé Les Epinettes, près de Laudecourt, un hameau près de Gournay, puis a attaqué la force principale anglaise.Après ce fut La Hire et ses cavaliers qui attaquèrent les Anglais dans les rues de Gournai, et de violents combats entre les deux camps s'ensuivirent, tuant de nombreux soldats anglais et de la cavalerie française.Lorsque les renforts français sont apparus, les soldats anglais restants ont réalisé que leur situation était désormais sans espoir et se sont retirés à Gerberoy.Pendant la retraite, les Français ont pu tuer un grand nombre de soldats anglais.
La Bourgogne change de camp
Petite illustration des Vigiles de Charles VII (vers 1484) représentant le congrès. ©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1435 Sep 20

La Bourgogne change de camp

Arras, France
Bedford était la seule personne qui a maintenu la Bourgogne dans l'alliance anglaise.La Bourgogne n'était pas en bons termes avec le jeune frère de Bedford, Gloucester.A la mort de Bedford en 1435, la Bourgogne se jugea excusée de l'alliance anglaise et signa le traité d'Arras, restituantParis à Charles VII de France.Son allégeance est restée inconstante, mais l'accent mis par les Bourguignons sur l'expansion de leurs domaines aux Pays-Bas leur a laissé peu d'énergie pour intervenir en France.Philippe le Bon est personnellement dispensé de rendre hommage à Charles VII (pour avoir été complice du meurtre de son père).
Résurgence française
Charles VII de France. ©Jean Fouquet
1437 Jan 1

Résurgence française

France
Henry, qui était par nature timide, pieux et opposé à la tromperie et à l'effusion de sang, laissa immédiatement sa cour être dominée par quelques nobles favoris qui s'affrontèrent au sujet de la guerre de France lorsqu'il prit les rênes du gouvernement en 1437. Après la A la mort du roi Henri V, l'Angleterre avait perdu son élan dans la guerre de Cent Ans, tandis que la maison de Valois avait gagné du terrain à partir des victoires militaires de Jeanne d'Arc en l'an 1429. Le jeune roi Henri VI en vint à privilégier une politique de paix en France et favorisa ainsi la faction autour du cardinal Beaufort et de Guillaume de la Pole, comte de Suffolk, qui pensaient de même ;le duc de Gloucester et Richard, duc d'York , qui ont plaidé pour la poursuite de la guerre, ont été ignorés.L'allégeance de la Bourgogne est restée instable, mais l'accent mis par les Anglais sur l'expansion de leurs domaines aux Pays-Bas leur a laissé peu d'énergie pour intervenir dans le reste de la France.Les longues trêves qui ont marqué la guerre ont donné à Charles le temps de centraliser l'État français et de réorganiser son armée et son gouvernement, remplaçant ses prélèvements féodaux par une armée professionnelle plus moderne qui pourrait faire bon usage de ses effectifs supérieurs.Un château qui ne pouvait autrefois être capturé qu'après un siège prolongé tomberait maintenant après quelques jours de bombardements au canon.L'artillerie française a acquis la réputation d'être la meilleure du monde.
Traité de Tours
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1444 May 28 - 1449 Jul 31

Traité de Tours

Château de Plessis-lez-Tours,
Le traité de Tours était une tentative d'accord de paix entre Henri VI d'Angleterre et Charles VII de France, conclu par leurs envoyés le 28 mai 1444 dans les dernières années de la guerre de Cent Ans.Les termes stipulaient le mariage de la nièce de Charles VII, Marguerite d'Anjou, avec Henri VI, et la création d'une trêve de deux ans - plus tard prolongée - entre les royaumes d' Angleterre et de France .En échange du mariage, Charles voulait la région du Maine sous contrôle anglais dans le nord de la France, juste au sud de la Normandie.Le traité a été considéré comme un échec majeur pour l'Angleterre car la mariée obtenue pour Henri VI était un mauvais match, étant la nièce de Charles VII uniquement par mariage, et n'était par ailleurs liée à lui par le sang que de loin.Son mariage est également venu sans dot, car Margaret était la fille du duc appauvri René d'Anjou, et Henry devait également payer pour le mariage.Henry croyait que le traité était un premier pas vers une paix durable, tandis que Charles avait l'intention de l'utiliser uniquement à des fins militaires.La trêve s'effondre en 1449 et l'Angleterre perd rapidement ce qui reste de ses terres françaises, mettant fin à la guerre de Cent Ans.Les Français ont pris l'initiative et, en 1444, la domination anglaise en France était limitée à la Normandie au nord et à une bande de terre en Gascogne au sud-ouest, tandis que Charles VII régnait sur Paris et le reste de la France avec le soutien de la plupart des la noblesse régionale française.
Play button
1450 Apr 15

Bataille de Formigny

Formigny, Formigny La Bataille
Les Français, sous Charles VII, avaient pris le temps offert par le traité de Tours en 1444 pour réorganiser et revigorer leurs armées.Les Anglais, sans direction claire du faible Henri VI, étaient dispersés et dangereusement faibles.Lorsque les Français ont rompu la trêve en juin 1449, ils étaient dans une position bien meilleure.Les Anglais avaient rassemblé une petite armée durant l'hiver 1449. Comptant environ 3 400 hommes, elle fut dépêchée de Portsmouth à Cherbourg sous le commandement de Sir Thomas Kyriell.Lors du débarquement le 15 mars 1450, l'armée de Kyriell est renforcée par des forces tirées des garnisons normandes.À.Formigny, les Français ont ouvert l'engagement par un assaut raté sur la position anglaise avec leurs hommes d'armes démontés.Les charges de cavalerie française sur les flancs anglais ont également été vaincues.Clermont déploie alors deux couleuvrines pour ouvrir le feu sur les défenseurs anglais.Incapables de résister au feu, les Anglais attaquent et s'emparent des canons.L'armée française était maintenant en déroute.A ce moment, la force de cavalerie bretonne sous Richemont arrive du sud, après avoir traversé l'Aure et s'approche de la force anglaise par le flanc.Alors que ses hommes emportaient les canons français, Kyriell a déplacé ses forces vers la gauche pour faire face à la nouvelle menace.Clermont a répondu en attaquant à nouveau.Ayant abandonné leur position préparée, la force anglaise est chargée par la cavalerie bretonne de Richemont et massacrée.Kyriell a été capturé et son armée détruite.Une petite force sous Sir Matthew Gough a pu s'échapper.L'armée de Kyriell avait cessé d'exister.En l'absence d'autres forces anglaises importantes en Normandie, toute la région est rapidement tombée aux mains des Français victorieux.Caen est prise le 12 juin et Cherbourg, la dernière forteresse tenue par les Anglais en Normandie, tombe le 12 août.
Reprise d'anglais Bordeaux
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1452 Oct 23

Reprise d'anglais Bordeaux

Bordeaux, France
Après la prise française de Bordeaux en 1451 par les armées de Charles VII, la guerre de Cent Ans semble toucher à sa fin.Les Anglais se sont principalement concentrés sur le renforcement de leur seule possession restante, Calais, et sur la surveillance des mers.Les citoyens de Bordeaux se considéraient comme des sujets du monarque anglais et envoyèrent des messagers à Henri VI d'Angleterre pour lui demander de reprendre la province.Le 17 octobre 1452, John Talbot, comte de Shrewsbury débarque près de Bordeaux avec une force de 3 000 hommes.Avec la coopération des habitants de la ville, Talbot prend facilement la ville le 23 octobre.Les Anglais ont ensuite pris le contrôle de la majeure partie de la Gascogne occidentale à la fin de l'année.Les Français savaient qu'une expédition arrivait, mais s'attendaient à ce qu'elle passe par la Normandie.Après cette surprise, Charles VII prépare ses forces pendant l'hiver et, au début de 1453, il est prêt à contre-attaquer.
Play button
1453 Jul 17

Bataille de Castillon

Castillon-la-Bataille, France
Charles envahit la Guyenne avec trois armées distinctes, toutes dirigées vers Bordeaux.Talbot reçut 3 000 hommes supplémentaires, des renforts dirigés par son quatrième et fils préféré, John, le vicomte Lisle.Les Français assiègent Castillon (à environ 40 kilomètres (25 mi) à l'est de Bordeaux) le 8 juillet.Talbot a accédé aux appels des chefs de la ville, abandonnant son plan initial d'attendre à Bordeaux pour plus de renforts, et entreprit de soulager la garnison.L'armée française était commandée par comité ;L'officier d'artillerie de Charles VII, Jean Bureau, a aménagé le camp pour maximiser la force de l'artillerie française.Dans une configuration défensive, les forces de Bureau ont construit un parc d'artillerie hors de portée des canons de Castillon.Selon Desmond Seward, le parc « se composait d'une tranchée profonde avec un mur de terre derrière lui qui était renforcé par des troncs d'arbres; sa caractéristique la plus remarquable était la ligne irrégulière et ondulée du fossé et du terrassement, qui permettait aux canons de s'enfiler. tous les attaquants".Le parc comprenait jusqu'à 300 canons de différentes tailles et était protégé par un fossé et une palissade sur trois côtés et une rive escarpée de la rivière Lidoire sur le quatrième.Talbot quitte Bordeaux le 16 juillet.Il a distancé la majorité de ses forces, arrivant à Libourne au coucher du soleil avec seulement 500 hommes d'armes et 800 archers à cheval.Le lendemain, cette force a vaincu un petit détachement français d'archers stationnés dans un prieuré près de Castillon.Parallèlement au regain de moral de la victoire au prieuré, Talbot a également avancé en raison des informations selon lesquelles les Français se retiraient.Cependant, le nuage de poussière quittant le camp que les citadins indiquaient comme une retraite a en fait été créé par des partisans du camp partis avant la bataille.Les Anglais avancèrent mais se heurtèrent bientôt à toute la force de l'armée française.Bien qu'en infériorité numérique et dans une position vulnérable, Talbot a ordonné à ses hommes de continuer à se battre.La bataille s'est terminée par une déroute anglaise et Talbot et son fils ont été tués.Il y a un débat sur les circonstances de la mort de Talbot, mais il semble que son cheval ait été tué par un coup de canon, et sa masse le clouant au sol, un archer français l'a à son tour tué avec une hache.Avec la mort de Talbot, l'autorité anglaise en Gascogne s'érode et les Français reprennent Bordeaux le 19 octobre.Il n'était évident pour aucune des parties que la période de conflit était terminée.Rétrospectivement, la bataille marque un tournant décisif dans l'histoire et est citée comme le point final de la période connue sous le nom de Guerre de Cent Ans.
Épilogue
©Image Attribution forthcoming. Image belongs to the respective owner(s).
1453 Dec 1

Épilogue

France
Henri VI d'Angleterre a perdu sa capacité mentale à la fin de 1453, ce qui a conduit au déclenchement desguerres des roses en Angleterre .Certains ont émis l'hypothèse que l'apprentissage de la défaite de Castillon avait conduit à son effondrement mental.La couronne anglaise a perdu toutes ses possessions continentales à l'exception de la Pale de Calais, qui était la dernière possession anglaise en France métropolitaine, et des îles anglo-normandes, faisant historiquement partie du duché de Normandie et donc du royaume de France.Calais est perdu en 1558.Le traité de Picquigny (1475) a officiellement mis fin à la guerre de Cent Ans avec Edward renonçant à sa prétention au trône de France.Louis XI devait payer à Édouard IV 75 000 couronnes d'avance, essentiellement un pot-de-vin pour retourner en Angleterre et ne pas prendre les armes pour poursuivre sa prétention au trône de France.Il recevrait ensuite une pension annuelle de 50 000 couronnes.De plus, le roi de France devait racheter la reine anglaise déchue, Marguerite d'Anjou, qui était sous la garde d'Edouard, avec 50 000 couronnes.Il comprenait également des pensions à de nombreux seigneurs d'Edward.

Appendices



APPENDIX 1

How Medieval Artillery Revolutionized Siege Warfare


Play button




APPENDIX 2

How A Man Shall Be Armed: 14th Century


Play button




APPENDIX 3

How A Man Shall Be Armed: 15th Century


Play button




APPENDIX 4

What Type of Ship Is a Cog?


Play button

Characters



Philip VI of France

Philip VI of France

King of France

Charles VII of France

Charles VII of France

King of France

John of Lancaster

John of Lancaster

Duke of Bedford

Charles de la Cerda

Charles de la Cerda

Constable of France

Philip the Good

Philip the Good

Duke of Burgundy

Henry VI

Henry VI

King of England

Henry of Grosmont

Henry of Grosmont

Duke of Lancaster

Charles II of Navarre

Charles II of Navarre

King of Navarre

John Hastings

John Hastings

Earl of Pembroke

Henry VI

Henry VI

King of England

Thomas Montagu

Thomas Montagu

4th Earl of Salisbury

John Talbot

John Talbot

1st Earl of Shrewsbury

John II of France

John II of France

King of France

William de Bohun

William de Bohun

Earl of Northampton

Charles du Bois

Charles du Bois

Duke of Brittany

Joan of Arc

Joan of Arc

French Military Commander

Louis XI

Louis XI

King of France

John of Montfort

John of Montfort

Duke of Brittany

Charles V of France

Charles V of France

King of France

Thomas Dagworth

Thomas Dagworth

English Knight

Henry V

Henry V

King of England

Bertrand du Guesclin

Bertrand du Guesclin

Breton Military Commander

Hugh Calveley

Hugh Calveley

English Knight

John of Gaunt

John of Gaunt

Duke of Lancaster

Edward III of England

Edward III of England

King of England

Philip the Bold

Philip the Bold

Duke of Burgundy

Arthur III

Arthur III

Duke of Brittany

Charles VI

Charles VI

King of France

John Chandos

John Chandos

Constable of Aquitaine

David II of Scotland

David II of Scotland

King of Scotland

References



  • Allmand, C. (23 September 2010). "Henry V (1386–1422)". Oxford Dictionary of National Biography (online) (online ed.). Oxford University Press. doi:10.1093/ref:odnb/12952. Archived from the original on 10 August 2018. (Subscription or UK public library membership required.)
  • Backman, Clifford R. (2003). The Worlds of Medieval Europe. New York: Oxford University Press. ISBN 978-0-19-533527-9.
  • Baker, Denise Nowakowski, ed. (2000). Inscribing the Hundred Years' War in French and English Cultures. SUNY Press. ISBN 978-0-7914-4701-7.
  • Barber, R. (2004). "Edward, prince of Wales and of Aquitaine (1330–1376)". Oxford Dictionary of National Biography (online ed.). Oxford University Press. doi:10.1093/ref:odnb/8523. (Subscription or UK public library membership required.)
  • Bartlett, R. (2000). Roberts, J.M. (ed.). England under the Norman and Angevin Kings 1075–1225. New Oxford History of England. London: Oxford University Press. ISBN 978-0-19-822741-0.
  • Bean, J.M.W. (2008). "Percy, Henry, first earl of Northumberland (1341–1408)". Oxford Dictionary of National Biography (online ed.). Oxford University Press. doi:10.1093/ref:odnb/21932. (Subscription or UK public library membership required.)
  • Brissaud, Jean (1915). History of French Public Law. The Continental Legal History. Vol. 9. Translated by Garner, James W. Boston: Little, Brown and Company.
  • Chisholm, Hugh, ed. (1911). "Brétigny" . Encyclopædia Britannica. Vol. 4 (11th ed.). Cambridge University Press. p. 501.
  • Curry, A. (2002). The Hundred Years' War 1337–1453 (PDF). Essential Histories. Vol. 19. Oxford: Osprey Publishing. ISBN 978-1-84176-269-2. Archived from the original (PDF) on 27 September 2018.
  • Darby, H.C. (1976) [1973]. A New Historical Geography of England before 1600. Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-29144-6.
  • Davis, P. (2003). Besieged: 100 Great Sieges from Jericho to Sarajevo (2nd ed.). Santa Barbara, CA: Oxford University Press. ISBN 978-0-19-521930-2.
  • Friar, Stephen (2004). The Sutton Companion to Local History (revised ed.). Sparkford: Sutton. ISBN 978-0-7509-2723-9.
  • Gormley, Larry (2007). "The Hundred Years War: Overview". eHistory. Ohio State University. Archived from the original on 14 December 2012. Retrieved 20 September 2012.
  • Griffiths, R.A. (28 May 2015). "Henry VI (1421–1471)". Oxford Dictionary of National Biography (online) (online ed.). Oxford University Press. doi:10.1093/ref:odnb/12953. Archived from the original on 10 August 2018. (Subscription or UK public library membership required.)
  • Grummitt, David (2008). The Calais Garrison: War and Military Service in England, 1436–1558. Woodbridge, Suffolk: Boydell Press. ISBN 978-1-84383-398-7.
  • Guignebert, Charles (1930). A Short History of the French People. Vol. 1. Translated by F. G. Richmond. New York: Macmillan Company.
  • Harris, Robin (1994). Valois Guyenne. Studies in History Series. Studies in History. Vol. 71. Royal Historical Society. ISBN 978-0-86193-226-9. ISSN 0269-2244.
  • Harriss, G.L. (September 2010). "Thomas, duke of Clarence (1387–1421)". Oxford Dictionary of National Biography (online ed.). Oxford University Press. doi:10.1093/ref:odnb/27198. (Subscription or UK public library membership required.)
  • Hattendorf, J. & Unger, R., eds. (2003). War at Sea in the Middle Ages and Renaissance. Woodbridge, Suffolk: Boydell Press. ISBN 978-0-85115-903-4.
  • Hewitt, H.J. (2004). The Black Prince's Expedition. Barnsley, S. Yorkshire: Pen and Sword Military. ISBN 978-1-84415-217-9.
  • Holmes, U. Jr. & Schutz, A. [in German] (1948). A History of the French Language (revised ed.). Columbus, OH: Harold L. Hedrick.
  • Jaques, Tony (2007). "Paris, 1429, Hundred Years War". Dictionary of Battles and Sieges: P-Z. Greenwood Publishing Group. p. 777. ISBN 978-0-313-33539-6.
  • Jones, Robert (2008). "Re-thinking the origins of the 'Irish' Hobelar" (PDF). Cardiff Historical Papers. Cardiff School of History and Archaeology.
  • Janvrin, Isabelle; Rawlinson, Catherine (2016). The French in London: From William the Conqueror to Charles de Gaulle. Translated by Read, Emily. Wilmington Square Books. ISBN 978-1-908524-65-2.
  • Lee, C. (1998). This Sceptred Isle 55 BC–1901. London: Penguin Books. ISBN 978-0-14-026133-2.
  • Ladurie, E. (1987). The French Peasantry 1450–1660. Translated by Sheridan, Alan. University of California Press. p. 32. ISBN 978-0-520-05523-0.
  • Public Domain Hunt, William (1903). "Edward the Black Prince". In Lee, Sidney (ed.). Index and Epitome. Dictionary of National Biography. Cambridge University Press. p. 388.
  • Lowe, Ben (1997). Imagining Peace: History of Early English Pacifist Ideas. University Park, PA: Penn State University Press. ISBN 978-0-271-01689-4.
  • Mortimer, I. (2008). The Fears of Henry IV: The Life of England's Self-Made King. London: Jonathan Cape. ISBN 978-1-84413-529-5.
  • Neillands, Robin (2001). The Hundred Years War (revised ed.). London: Routledge. ISBN 978-0-415-26131-9.
  • Nicolle, D. (2012). The Fall of English France 1449–53 (PDF). Campaign. Vol. 241. Illustrated by Graham Turner. Colchester: Osprey Publishing. ISBN 978-1-84908-616-5. Archived (PDF) from the original on 8 August 2013.
  • Ormrod, W. (2001). Edward III. Yale English Monarchs series. London: Yale University Press. ISBN 978-0-300-11910-7.
  • Ormrod, W. (3 January 2008). "Edward III (1312–1377)". Oxford Dictionary of National Biography (online) (online ed.). Oxford University Press. doi:10.1093/ref:odnb/8519. Archived from the original on 16 July 2018. (Subscription or UK public library membership required.)
  • Le Patourel, J. (1984). Jones, Michael (ed.). Feudal Empires: Norman and Plantagenet. London: Hambledon Continuum. ISBN 978-0-907628-22-4.
  • Powicke, Michael (1962). Military Obligation in Medieval England. Oxford: Clarendon Press. ISBN 978-0-19-820695-8.
  • Preston, Richard; Wise, Sydney F.; Werner, Herman O. (1991). Men in arms: a history of warfare and its interrelationships with Western society (5th ed.). Beverley, MA: Wadsworth Publishing Co., Inc. ISBN 978-0-03-033428-3.
  • Prestwich, M. (1988). Edward I. Yale English Monarchs series. University of California Press. ISBN 978-0-520-06266-5.
  • Prestwich, M. (2003). The Three Edwards: War and State in England, 1272–1377 (2nd ed.). London: Routledge. ISBN 978-0-415-30309-5.
  • Prestwich, M. (2007). Plantagenet England 1225–1360. Oxford University Press. ISBN 978-0-19-922687-0.
  • Previté-Orton, C. (1978). The shorter Cambridge Medieval History. Vol. 2. Cambridge University Press. ISBN 978-0-521-20963-2.
  • Rogers, C., ed. (2010). The Oxford Encyclopedia of Medieval Warfare and Military Technology. Vol. 1. Oxford University Press. ISBN 978-0-19-533403-6.
  • Sizer, Michael (2007). "The Calamity of Violence: Reading the Paris Massacres of 1418". Proceedings of the Western Society for French History. 35. hdl:2027/spo.0642292.0035.002. ISSN 2573-5012.
  • Smith, Llinos (2008). "Glyn Dŵr, Owain (c.1359–c.1416)". Oxford Dictionary of National Biography (online ed.). Oxford University Press. doi:10.1093/ref:odnb/10816. (Subscription or UK public library membership required.)
  • Sumption, J. (1999). The Hundred Years War 1: Trial by Battle. Philadelphia: University of Pennsylvania Press. ISBN 978-0-571-13895-1.
  • Sumption, J. (2012). The Hundred Years War 3: Divided Houses. London: Faber & Faber. ISBN 978-0-571-24012-8.
  • Tuck, Richard (2004). "Richard II (1367–1400)". Oxford Dictionary of National Biography (online ed.). Oxford University Press. doi:10.1093/ref:odnb/23499. (Subscription or UK public library membership required.)
  • Turchin, P. (2003). Historical Dynamics: Why States Rise and Fall. Princeton University Press. ISBN 978-0-691-11669-3.
  • Vauchéz, Andre, ed. (2000). Encyclopedia of the Middle ages. Volume 1. Cambridge: James Clark. ISBN 978-1-57958-282-1.
  • Venette, J. (1953). Newall, Richard A. (ed.). The Chronicle of Jean de Venette. Translated by Birdsall, Jean. Columbia University Press.
  • Wagner, J. (2006). Encyclopedia of the Hundred Years War (PDF). Westport, CT: Greenwood Press. ISBN 978-0-313-32736-0. Archived from the original (PDF) on 16 July 2018.
  • Webster, Bruce (1998). The Wars of the Roses. London: UCL Press. ISBN 978-1-85728-493-5.
  • Wilson, Derek (2011). The Plantagenets: The Kings That Made Britain. London: Quercus. ISBN 978-0-85738-004-3.